Cadavre dans un lac landais : deux suspects entendus pour homicide volontaire

Cadavre dans un lac landais : deux suspects entendus pour homicide volontaire

DirectLCI
FAIT DIVERS – Deux personnes ont été entendues vendredi dans le cadre d'une enquête pour homicide volontaire après la découverte l'avant-veille d'un corps dans un lac des Landes. Roulé dans un tapis et lesté de pierres, il pourrait être celui d'un jeune homme porté disparu depuis fin janvier.

L'étau judiciaire se resserre. Deux marginaux toxicomanes, un homme de 32 ans et une femme de 34 ans, ont été entendus vendredi par un juge d'instruction dans le cadre d'une enquête pour homicide volontaire. Une garde à vue qui fait suite à la découverte mercredi d'un corps dans un lac de Soustons, dans les Landes.

À LIRE AUSSI >> Un cadavre repêché dans un lac landais, deux personnes en garde à vue

Selon Sud Ouest , il s'agit de Stéphane Pasturel, un Landais de 31 ans domicilié à Seignosse et père d'un enfant âgé de 1 an, porté disparu depuis fin janvier. Les deux suspects doivent être présentés au juge des libertés et de la détention et devraient être placés en détention provisoire.

Un blouson taché de sang

Dans la voiture de Stéphane Pasturel, retrouvée à Bayonne le jour même du signalement de sa disparition, les enquêteurs avaient retrouvé un blouson maculé du sang de la victime. Blouson qui s'avérera propriété de l'un des deux suspects. L'enquête a d'ores et déjà établi que les trois protagonistes se connaissaient. La jeune femme louait, de manière "officieuse", une partie de sa maison à Stéphane Pasturel et au second suspect.

Quelques jours après la découverte de la voiture, du mobilier et des objets appartenant à Stéphane Pasturel ont été mis en vente dans un magasin de Bayonne. Une découverte qui va permettre aux policiers de remonter jusqu'aux suspects.

Une dette de loyer

Toutefois, leurs versions divergent. Lors de sa garde à vue, l'homme a accusé sa logeuse d'avoir étranglé la victime dans la nuit du 25 au 26 janvier, et a reconnu l'avoir aidée à transporter et dissimuler le corps. Mais la jeune femme nie toute participation au meurtre. Elle reconnaît cependant avoir elle aussi aidé son locataire à transporter le corps de la victime, enveloppé dans un tapis, lesté d'une pierre et jeté dans le lac de Soustons.

Le mobile du crime, commis sous l'emprise d'alcool et de drogue, "pourrait être une dette de loyer de quelques centaines d'euros", dont était redevable Stéphane Pasturel, selon le procureur de la République de Mont-de-Marsan. Mais dans tous les cas, "il semble qu'il soit mort pour peu de choses", a-t-il ajouté.

À LIRE AUSSI >> Tous les faits divers

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter