Cadavres de bébés découverts dans des sacs-poubelle : 14 ans après, la mère mise en examen et écrouée

Cadavres de bébés découverts dans des sacs-poubelle : 14 ans après, la mère mise en examen et écrouée

DirectLCI
INFANTICIDES - Un couple a été interpellé mardi à Petit-Landau dans le cadre de l'enquête sur la découverte de quatre cadavres de nouveau-nés le 21 octobre 2003 près de la forêt de Galfingue. La mère a été mise en examen et écrouée ce jeudi pour 5 infanticides, un cinquième bébé ayant été retrouvé au domicile du couple. Le mari, lui, a été remis en liberté.

Quatorze ans après les faits, l'affaire semble en passe d'être résolue. Une mère de famille a été mise en examen et écrouée jeudi dans le cadre de l'enquête sur la découverte de quatre cadavres de bébés dans des sacs-poubelle en 2003 dans la forêt de Galfingue dans le Haut-Rhin, près de Mulhouse. Elle est poursuivie pour "homicides volontaires" concernant au total 5 bébés, un autre corps ayant été récemment retrouvé au domicile du couple, a indiqué le procureur. 


Cette femme et son conjoint avaient été interpellés mardi à Petit-Landau, près de la frontière allemande, sur commission rogatoire d'un juge d'instruction et placé en garde à vue sur la base d'une concordance ADN, avait indiqué à l'AFP le procureur de la République à Mulhouse, Dominique Alzeari, confirmant une information des quotidiens l'Alsace et les Dernières nouvelles d'Alsace. Le mari lui a été remis en liberté à l'issue de sa garde à vue. 

Interpellés près de la frontière allemande

Les cadavres, en état de décomposition avancée, de quatre nouveau-nés, avaient été découverts dans trois sacs poubelles dans la forêt de Galfingue, près de Mulhouse, le 21 octobre 2003, par le propriétaire d'un terrain mitoyen. Des analyses ADN avaient révélé qu'au moins trois des quatre nouveau-nés avaient la même mère.


L'homme et la femme ont été arrêtés à Petit-Landau, dans le sud du département, près de la frontière allemande. 

Les bébés étaient nés viables

Selon l'autopsie réalisée en 2003, les nourrissons étaient nés viables et au moins deux d'entre eux avaient été étranglés avec des cordelettes retrouvées autour de leur cou.


Une information judiciaire contre X pour homicides volontaires avait été ouverte. L'enquête, close en 2009 faute de preuves, avait été rouverte en 2013, eu égard aux progrès de la science en matière de profil ADN, et confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Strasbourg.

Plus d'articles

Sur le même sujet