Caen : enquête sanitaire après la mort d'un bébé au CHU

Caen : enquête sanitaire après la mort d'un bébé au CHU

DirectLCI
HÔPITAL - L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a annoncé mercredi l'ouverture d'une enquête sanitaire après la mort au CHU de Caen (Calvados), le 23 janvier dernier, d'un jeune enfant nourri à son domicile avec des poches de nutrition.

L'information a été révélée ce mercredi par le Canard Enchaîné. Le 23 janvier dernier, un enfant est mort au CHU de Caen d'un choc septique. Le bébé était alimenté à son domicile par des "poches de nutrition à domicile", habituellement utilisées pour les prématurés. Un drame qui n'est pas sans rappeler la mort de plusieurs nourrissons également alimenté par poches, il y a un an, à l'hôpital de Chambéry.

Informée dès le 27 janvier de ce décès suspect, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a rapidement réagi. "Sans présumer de l'origine de ce décès, l'ANSM a fait procéder, le 27 janvier 2015, au retrait des produits fabriqués le même jour que la poche administrée, par précaution", indique-t-elle ce mercredi dans un communiqué . Par ailleurs, une enquête sanitaire a été lancée, ainsi "une inspection sur le site de fabrication des poches", dont le nom n'a pas été divulgué.

Un deuxième cas suspect

L'ANSM indique en outre qu'un second signalement est intervenu à l'hôpital de Caen, concernant le décès d’un nourrisson le 29 janvier. Lui aussi s'était vu administrer une poche de nutrition, "du même lot". Mais à ce stade de l'enquête, l'agence considère que ce deuxième décès "ne serait pas lié à l’administration de cette poche". Quoi qu'il en soit, elle assure que "les autorités sanitaires poursuivent leurs investigations pour identifier les causes respectives de ces deux décès".

En janvier 2015, à Chambéry , l'enquête sur les morts successives de plusieurs nourrissons alimentés par des poches alimentaires avait révélé que le lot suspect avait été contaminé par un germe rare, qui avait causé le choc sceptique fatal à au moins trois des bébés.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter