22 migrants blessés, dont 4 entre la vie et la mort, à Calais : "Un degré de violence jamais connu" pour Gérard Collomb

FAITS DIVERS
MIGRANTS - Une rixe impliquant une centaine de migrants de nationalité afghane et érythréenne a éclaté après la distribution de repas, jeudi 1er février à Calais. Vingt-deux victimes sont à déplorer, dont quatre blessés par balles sont entre la vie et la mort. La sous-préfecture de Calais indique à LCI qu'une enquête a été ouverte.

Il était 14h30 environ, jeudi 1er février à Calais, lorsqu'un rixe entre migrants a éclaté après la distribution des repas, boulevard des Justes, dans le chef-lieu du Pas-de-Calais. Elle a opposé une centaine de personnes, de nationalité afghane et érythréenne, munis de bâtons et de pierres, indique à LCI la préfecture qui précise par ailleurs qu'une enquête a été ouverte. 

Cette rixe a fait vingt-deux victimes dont quatre ont été blessées par balles, d'après le dernier bilan des pompiers. Quatre d'entre elles se trouvent en urgence absolue, indique la préfecture. Parmi elles, deux migrants ont été transportés directement par des associatifs au centre hospitalier de Calais et la troisième victime a été prise en charge par les services du SDIS et du SAMU. Ils sont en urgence relative, indique la prefecture à LCI.


Une quatrième victime souffrant de douleurs abdominales a été transportée elle aussi au centre hospitalier de Calais. Deux autres victimes sont à déplorer. L'un présentait une blessure à la fesse suite à un coup de couteau, l'autre, présente un traumatisme crânien et une blessure ophtalmique. Pour l'heure, l'identité, l'état et le diagnostic des victimes est en train d'être établi. Enfin, deux policiers sont également légèrement blessés

En vidéo

Quid des jeunes migrants bloqués à Calais ?

Après la rixe, "un groupe d’une trentaine d’afghans a ensuite été pris à partie par 150 à 200 migrants de nationalité érythréenne", indique la préfecture. Les forces de l'ordre ont été déployées et sont intervenues pour protéger les migrants d'origine afghane.

Sur son compte Twitter, Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, a annoncé se rendre sur place pour faire un point avec les autorités locales et les acteurs locaux, "après les graves incidents survenus aujourd'hui", dit-il.  "C'est un degré de violence jamais connu," a-t-il déclaré à la presse au commissariat de Calais dans la nuit de jeudi à vendredi, déplorant des événements "exceptionnellement graves". 


"Ce que vivent les habitants de Calais est insupportable", a-t-il ajouté. Interrogé sur les conditions de vie des migrants qui vivent dehors à Calais, le ministre a répondu : "Chacun est accueilli. Ceux qui sont ici veulent  rester comme des clandestins, ce n'est pas possible". Gérard Collomb devrait passer la nuit sur place.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le démantèlement de la "Jungle" de Calais

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter