Carcassonne : le cadavre d'une femme découvert sous un wagon près de la gare

FAITS DIVERS

MEURTRE - Un employé de la SNCF a découvert lundi 9 janvier le corps à moitié nu d'une femme sous un wagon stationné sur un site SNCF désaffecté de Carcassonne (Aude). Les enquêteurs privilégient la piste de l'homicide.

Macabre découverte sur un site SNCF désaffecté de Carcassonne (Aude). Comme le rapporte le quotidien régional L'Indépendant, un agent de la compagnie ferroviaire a retrouvé lundi 9 janvier en fin de matinée le corps d'une femme, à moitié dénudé, dissimulé sous un wagon.

Détail troublant pour les enquêteurs, le cadavre ne portait pas de pantalon... Juste un pull et des chaussettes, ce qui pourrait laisser penser à une possible agression sexuelle suivie d'un homicide. Selon la Dépêche du Midi, les fonctionnaires de police, dépêchés sur place, n'auraient retrouvé aucun papier d'identité près du corps, juste une carte bancaire pouvant appartenir à la victime, qui serait une Carcassonnaise de 61 ans.

D’après le quotidien régional, le corps, qui portait des traces de coups, notamment au visage, a été transporté dans cette friche industrielle par une ou plusieurs personnes. Une enquête a été ouverte par le parquet de Carcassonne pour rechercher les causes de la mort de cette femme. Une autopsie sera pratiquée jeudi 12 janvier, selon Vincent Auger, le procureur de la République de Carcassonne.

Affaire similaire une semaine auparavant

La découverte du cadavre de cette femme est d’autant plus troublante qu'elle intervient moins d'une semaine après que le corps d’une autre femme a lui aussi été retrouvé mercredi 4 janvier dans des circonstances similaires au bord d'une route de Bize-Minervois (Aude), à 48 kilomètres de Carcassonne.

La défunte "ne portait pas de chaussures et avait un simple collant". Elle présentait en outre des "traces de défense relevées sur les membres supérieurs", ce qui laisse "présumer qu'elle a été tuée alors qu'elle tentait d'échapper à une agression sexuelle", écrit le procureur de la République David Charmatz dans un communiqué.

"Selon les conclusions médico-légales, la mort survenue plus de 24 heures avant la découverte du corps a été causée par des coups violents portés sur le crâne et le haut du visage de la victime", ajoute le magistrat. Pour le moment, les investigations se poursuivent pour déterminer s'il y a un lien éventuel entre ces deux affaires et retrouver le ou les auteurs des crimes. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter