Carcassonne : une maman aux assises pour avoir congelé son bébé

INFANTICIDE - Natalie De Mey, 32 ans, accusée d’avoir congelé son nouveau-né en 2011, est attendue à partir de ce mardi 17 mai devant la cour d’assise de l’Aude, à Carcassonne. Cette maman de deux petites filles, qui n’aurait pas fait de déni de grossesse, va devoir expliquer son geste aux jurés et au père de la victime, un ancien amant. Elle encourt jusqu’à quinze ans de réclusion criminelle.

Il est 8 heures du matin ce 2 février 2011. Natalie De Mey est seule dans son salon. Elle voudrait bien partir au travail - dans le restaurant où elle est serveuse, son patron l’attend. Mais aujourd’hui, rien ne se passe comme d’habitude. Les contractions sont arrivées par surprise et sur le canapé où elle est assise, Natalie remarque quelques taches de sang. Il va lui falloir mettre au monde, enfermée à double tour dans la salle de bain, cet enfant qu’elle ne désire pas.

Dans sa maison de Limoux, au cœur de la vallée de l’Aude, la jeune femme de 28 ans accouche seule. Et lorsqu’enfin l’enfant arrive, elle l’agrippe par les fesses, pour ne pas qu’il tombe dans la cuvette des toilettes. Calmement, elle sectionne le cordon ombilical, prend une douche. Le bébé, qui n’a bénéficié d’aucun suivi pendant la grossesse, pleure. Il est viable. Quelques instants plus tard, sa mère le place dans le congélateur, la tête la première, enveloppé dans une serviette tachée de sang.

EN SAVOIR +
>>  Et le père, dans tout ça ?
>>  "J'ai pas fait de mal au bébé"
>> Procès De Mey : "Cet enfant n'existait pas dans sa tête"

Pas de déni de grossesse

Aux enquêteurs qui la questionnent quatre mois après les faits – alors que son ancien compagnon vient de faire la macabre découverte – Natalie De Mey indique avoir patienté de longues minutes avant de passer à l’acte. Que se passe-t-il dans son esprit alors que, debout devant le réfrigérateur, elle caresse la tête de son bébé ? Est-elle en train d’hésiter ? Sait-elle au contraire depuis longtemps qu’elle va finir par abréger la courte vie de ce nourrisson, fruit d’une aventure avec un homme qui, lui non plus, n’en voulait pas ? Comprendre ce qui a poussé cette jeune maman à tuer son nouveau-né, tel est l’enjeu du procès qui s’ouvre, ce mardi 17 mai aux assises de l’Aude, à Carcassonne.

Comprendre sans comparer. Car contrairement à l’affaire Véronique Courjault, chez qui trois bébés congelés ont été retrouvés en 2006, le déni de grossesse ne devrait pas s’inviter dans les débats. Août 2010 : non seulement Natalie De Mey se sait enceinte, mais elle tente aussi de se faire avorter dès les premières semaines de sa grossesse. En vain. Vacances estivales obligent, elle n’obtient aucune consultation à temps. Mais comment expliquer un homicide par un rendez-vous manqué ? Contacté par metronews, l’avocat de l’accusée, Me Philippe Calvet, évoque davantage une "personnalité particulière, très fragile, qui finit toutes ses phrases en s’excusant". L’expertise psychiatrique, elle aussi, conclut à une "altération du discernement".

A LIRE AUSSI
>> Affaire Cottrez : "Dans un infanticide, la mère perçoit le bébé comme une tumeur"
>> Véronique Courjault condamnée à huit ans de prison

"La maison, c'est comme la prison"

Et puis surtout, il y a Roland. Roland Sanchez, le père des deux petites filles de Natalie De Mey, qu’elle a rencontré à 18 ans et dont, au moment des faits, elle vient à peine de se séparer. Accro aux jeux d’argent, l’homme est décrit comme "violent" par les enquêteurs. Alors, Natalie De Mey, l’affirme : elle avait peur de sa réaction si jamais il venait à savoir que ce bébé, elle l’avait fait avec un autre homme, Mack Tong Van, aujourd’hui sur le banc des parties civiles.

Maintiendra-t-elle cette version devant la barre des accusés ? Rien n’est moins sûr. Lors d’un premier procès en décembre 2015, Natalie De Mey comparaissait libre… mais ne s’est jamais présenté devant le tribunal. Son avocat, qui a de nouveau obtenu une libération sous contrôle judiciaire, espère que cette fois, "elle se présentera à l’audience". Et ajoute : "Elle semble déterminée à expliquer son geste, à faire le clair sur cette affaire. De toute façon, depuis qu’elle est revenue chez elle à Limoux, elle me dit : ‘c’est comme la prison’". Poursuivie pour homicide sur mineur, Natalie De Mey encourt la réclusion à perpétuité. Le verdict est attendu pour jeudi.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Je n'avais jamais subi une telle violence" : le maire de Nice Christian Estrosi annonce qu'il quitte Les Républicains

Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a essayé de s'interposer

EN DIRECT - Covid-19 : 600.000 personnes vaccinées en 24h en France, un nouveau record

"Vous lui avez volé sa vie" : la famille d'Arthur Noyer interpelle Nordahl Lelandais

Procès de Nordahl Lelandais : "Si j’avais accepté sa demande, peut être qu’on aurait évité un drame"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.