Ce que l'on sait de Rachid Kassim, le djihadiste français qui aurait été tué en Irak

DirectLCI
PORTRAIT - Depuis plusieurs mois, le nom de Rachid Kassim revient régulièrement dans des dossiers de terrorisme. Ce djihadiste français de 29 ans, originaire de Roanne et établi en Irak, aurait été tué mercredi 8 février en Irak lors d’une frappe militaire de la coalition.

Son nom était cité dans de nombreux dossiers terroristes. Lors de l’enquête sur l’attentat avorté à la voiture piégée près de Notre-Dame ainsi, le procureur de la République François Molins ne l’avait pas directement désigné, déclarant simplement que les jeunes femmes interpellées avaient été "téléguidées"par des djihadistes de l’Etat islamique depuis la Syrie. Mais selon plusieurs sources, citées notamment dans Le Monde et l’AFP, le donneur d’ordre était bel et bien Rachid Kassim. D'après nos informations, il aurait été tué mercredi 8 février 2017 en Irak, lors d’une frappe militaire de la coalition.


Originaire de Roanne, ville dans laquelle il a été animateur, ce djihadiste de 29 ans jouait un rôle actif depuis plusieurs années dans la propagande de l’Etat islamique. Via Internet, l’homme appelait régulièrement à frapper la France depuis l'Irak, où il se trouvait. Ces appels au meurtre auraient inspiré les auteurs de récentes attaques. Des liens ont ainsi été établis entre Rachid Kassim et au moins un des tueurs du prêtre Jacques Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray

Bourreau en Syrie

Son ombre plane également sur l’assassinat du couple de policiers le 13 juin dernier à Magnanville. "Il apparaît comme le donneur d'ordre, le planificateur ou celui qui suscite des vocations" , expliquait en septembre dernier un haut fonctionnaire dans Le Parisien. Il avait quitté la France avec femme et enfant à la fin de l'année 2012 pour se rendre en Egypte. C'est à ce moment-là que sa trace avait été perdue." 


Il restait néanmoins très présent sur les réseaux sociaux, prodiguant ses funestes conseils aux aspirants djihadistes, et diffusant régulièrement des listes de cibles potentielles et des scénarios d'attaques en France. Après l'attentat de Nice, qui a coûté la vie à 86 personnes, le djihadiste 2.0 était apparu dans une vidéo. Il y félicitait l'auteur de l’attaque du 14 juillet. Il aurait également été en contact avec deux mineurs, arrêtés à Paris et soupçonnés d'avoir voulu passer à l'acte.

En contact via Telegram

"Des éléments ont étayé qu'il avait été en contact via Telegram avec l'une des protagonistes" de l’affaire des bonbonnes de gaz, avait indiqué une source proche de l'enquête sur l’attentat avorté à la voiture piégée près de Notre-Dame. L'influence du personnage ne s'arrêtait pas là. En septembre dernier, un adolescent, fiché S, avait été interpellé par la DGSI, dans le 12e arrondissement de Paris. Les enquêteurs avaient fini par établir qu'il était en lien avec un djihadiste français appelait régulièrement à frapper la France depuis l'Irak, où il se trouvait.is en Syrie. Son nom : Rachid Kassim. 

En vidéo

Vidéo archive du 23/09/2016 : Rachid Kassim, ennemi public N°1

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter