Chambres à gaz et Roms : double condamnation pour Jean-Marie Le Pen

FAITS DIVERS

JUSTICE - D’un côté, il avait réitéré ses propos sur les chambres à gaz, "détail" de l'histoire selon lui. De l’autre, il avait évoqué la "présence urticante et odorante" des Roms. Pour ces deux dérapages, le fondateur du Front National à été successivement condamné dans deux procès disctincts, ce mardi 6 avril, à Paris et à Nice.

Deux condamnations dans la même journée : sale journée pour Jean-Marie Le Pen, dont la semaine avait déjà mal commencé avec sa mise en cause dans le scandale des "Panama Papers". Ce mercredi 6 avril, en début d'après-midi, on apprenait que le tribunal correctionnel de Paris avait condamné le fondateur du Front National pour "contestation de crime contre l'Humanité". Dans la foulée, metronews apprenait qu'il venait également d'être condamné à Nice, cette fois pour des propos tenus en 2013 contre les Roms. 

Les chambres à gaz, un "détail"

Dans la première décision, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Jean-Marie Le Pen à 30.000 euros d'amende, conformément aux réquisitions du parquet. Il était poursuivi pour "contestation de crime contre l'Humanité". Le 2 avril 2015, face à un Jean-Jacques Bourdin qui lui demandait s'il regrettait d'avoir qualifié par le passé les chambres à gaz de "détail", l'ancien président du FN avait répondu : "Pas du tout. Ce que j'ai dit correspondait à ma pensée que les chambres à gaz étaient un détail de l'histoire de la guerre, à moins d'admettre que ce soit la guerre qui soit un détail des chambres à gaz". Des propos pour lesquels le fondateur du FN a déjà été condamné à deux reprises par le passé. 

Son avocat, François Wagner, avait bien tenté, devant le tribunal, de jouer la carte de l'immunité parlementaire pour échapper à une condamnation. En vain : les juges de la 17e chambre l'ont déclaré coupable et ont ordonné, à titre de peine complémentaire, la publication d'un communiqué judiciaire (à savoir la décision de justice, ndlr) dans trois journaux. Le cofondateur du FN a également été condamné à verser 10.001 euros de dommages et intérêts à trois associations qui s'étaient constituées parties civiles.
 
La note s'avère donc salée pour Jean-Marie Le Pen : pour rappel, ce nouveau dérapage, condamné par sa fille Marine, avait entraîné sa suspension du Front national, ensuite annulée par la justice. Avant qu'il ne soit définitivement exclu du parti, le 20 août dernier. 
 
La "présence urticante et odorante" des Roms
 
Autre ville, autre dérapage. En 2013 à Nice, Jean-Marie Le Pen, venu soutenir une candidate frontiste pour les municipales, avait déclaré ceci : "Vous avez quelques soucis avec des centaines de Roms qui ont dans la ville une présence urticante et odorante". Avant de prédire une prochaine "invasion" de Roms à Nice : "Ceci n'est qu'une petite partie de l'iceberg. Je vous prédis en 2014 la présence de 50.000 Roms ici. Ils viendront de Bulgarie, de Roumanie, etc." Pour ces propos, le tribunal correctionnel de Nice a condamné Jean-Marie Le Pen à 5000 euros d'amende. Le parquet, lui, en avait réclamé 25.000. Le fondateur du FN devra également verser 500 euros de préjudice moral et 500 euros de frais d'avocats aux trois associations qui s'étaient constituées parties civiles.
 
"Une décision complètement injustifiée", réagit auprès de metronews Frédéric Joachim, avocat de Jean-Marie Le Pen dans ce dossier. Et ce dernier de préciser n'avoir eu mandat de plaider que sur la forme, et non sur le fond de l'affaire : le conseil avait en effet lui aussi demandé que l'immunité parlementaire soit prise en compte, ces propos ayant été prononcés, selon lui, par "le député européen, pas dans une réunion de famille !". Une requête à laquelle le tribunal correctionnel de Nice n'a pas donné suite. "C'est n'importe quoi, poursuit l'avocat. Tout cela est profondément triste. Avec ce genre de décision ce sont les libertés qui s'envolent, ici la liberté de penser". Selon nos informations, Jean-Marie Le Pen pourrait faire appel de ces deux condamnations. 
 
 
A LIRE AUSSI
>>
VIDEO : perquisition dans la villa de Jean-Marie Le P en
>>
Les pires dérapages de Jean-Marie Le Pen
Lire et commenter