Charleville-Mézières : appel à témoins après l'agression sexuelle d'un garçon de 11 ans

FAITS DIVERS
RECHERCHE - Le parquet de Charleville-Mézières (Ardennes) a lancé un appel à témoins afin d'identifier l'auteur d'une agression sexuelle "grave" d'un collégien de 11 ans.

C'est une agression sordide qui fait aujourd'hui l'objet d'un appel à témoins. Le parquet recherche l'homme qui a violé un collégien à la sortie de son établissement de Charleville-Mézières (Ardennes), le 25 septembre dernier. Ce jour-là, vers 15 h 30, un enfant de 11 ans et demi qui rentrait à pied chez lui avait été menacé avec un cutter par un individu qui l'avait ensuite forcé à le suivre dans un endroit isolé. Le jeune garçon avait été victime de plusieurs agressions sexuelles et d'un viol.

Une affaire qui en rappelle une autre

Recueilli "en situation de  détresse" par des riverains, selon les mots du procureur de Charleville-Mézières, Laurent de Caigny, il avait été pris en charge par les secours. "Ce sont des faits graves dont la qualification criminelle de viol sur mineur de quinze ans est envisagée", a précisé à l'AFP le parquet qui a lancé l'appel à témoins. Le suspect est décrit comme "un homme de type européen, âgé de 18 à 28 ans, parlant un français sans accent, de corpulence mince et mesurant entre 1m70 et 1m75". Le jour des faits, il se trouvait "à proximité du square de la rue Ferroul, situé entre le cimetière de la Ronde couture et le gymnase des Capucines".

Le procureur invite "toute personne ayant pu apercevoir ou croiser cet individu entre 15 heures et 16 heures le vendredi 25 septembre à contacter la police judiciaire au: 03 26 61 46 77". Si deux individus avaient été interpellés mardi et placés en garde à vue, ils ont depuis été mis hors de cause et libérés. La presse locale s'interroge sur une affaire très similaire survenue un an plus tôt. Selon l'Ardennais, un jeune 13 ans avait été agressé dans le même quartier de la Ronde Couture par un individu armé d’un cutter. L'individu avait voulu lui imposer une fellation mais la jeune victime s'était débattue et avait reçu deux coups de lame. Grièvement blessé, il avait dû être opéré en urgence. Pour l'avocat des victimes, interrogé par le journal, le lien entre les deux agressions ne fait que peu de doute.
 

Lire et commenter