Charlie Hebdo : le point sur trois jours de traque achevée dans le sang

Charlie Hebdo : le point sur trois jours de traque achevée dans le sang

PRISE D OTAGES - La traque des auteurs de l'attentat contre Charlie Hebdo s'est achevée dans le sang vendredi : les deux frères Kouachi et Amedy Coulibaly ont été tués, ainsi que quatre otages dans un supermarché juif de la capitale. Le procureur de Paris est revenu dans la soirée sur ces derniers événements.

Le procureur de la République de Paris, François Molins, est revenu sur les événements dramatiques de la journée à Paris et à Dammartin. Il a d'abord tenu a salué "l'exceptionnel investissement" des divers acteurs qui ont travaillé sur l'enquête et le travail "du GIGN, du Raid et du BRI" dans cette "affaire hors normes". Voici ce qu'il fallait retenir de son intervention :

  • Dammartin-en-Goële

Dans l'imprimerie de Seine-et-Marne où s'étaient retranchés les frères Kouachi, auteurs présumés de l'attaque de Charlie Hebdo, le procureur a expliqué que l'un des deux, Saïd, "avait d'abord été légèrement blessé au cou" par un tir de riposte d'un gendarme dès vendredi matin.

Les deux hommes retranchés ignoraient visiblement la présence d'un des employés de l'imprimerie "caché sous l'évier au second étage dans la salle de restauration". "Sa présence a pu rester ignorée des deux terroristes tout au long des évènements", a expliqué le procureur. Ce salarié est resté ainsi terré durant des heures jusqu'à l'assaut du GIGN dans lequel les frères Kouachi ont été tués. L'employé est, lui, indemne.

François Molins a également indiqué que Saïd Kouachi "n'avait jamais été entendu ni condamné dans des enquêtes" contrairement à son frère Chérif. 

  • Porte de Vincennes

Concernant la prise d'otages de l'épicerie porte de Vincennes, François Molins a indiqué que les quatre victimes avaient été tuées par Amedy Coulibaly dès le début de son attaque vers 13 heures. "Compte tenu d'une part de l'état des corps et d'autre part des déclarations" "aucun otage n'a été tué au cours de l'assaut" survenu vers 17 heures. Dans ce magasin, "une quinzaine de bâtons d'explosif ont été retrouvés. Le magasin avait été piégé", a commenté le procureur, qui a expliqué que l'homme avait menacé "d'abattre tous les otages".

  • Le lien entre les trois terroristes

François Molin a expliqué que "toutes les procédures allaient être jointes compte tenu de l'entente qui a pu être mise en évidence" entre les événements dramatiques de ces trois derniers jours. Les compagnes des frères Kouachi et celle d'Amedy Coulibaly se connaissaient bien puisque "plus de 500 appels ont été enregistrés entre elles", a expliqué le procureur. Cinq personnes sont toujours en garde à vue.

EN SAVOIR + >> Notre dossier sur l'attentat contre Charlie Hebdo

Sur le même sujet

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.