"Cocaïne extrêmement dangereuse" dans le 93 : "Le nombre de victimes pourrait s'alourdir"

"Cocaïne extrêmement dangereuse" dans le 93 : "Le nombre de victimes pourrait s'alourdir"

FAIT DIVERS – Le parquet de Bobigny a lancé mardi "une alerte à la cocaïne extrêmement dangereuse en circulation en Seine-Saint-Denis". Dix personnes ont été hospitalisées après en avoir consommé, deux d'entre elles ont un pronostic vital réservé. Trois personnes ont été interpellées lundi à Sevran.

La liste des effets indésirables de ce "parasympatholytique" est longue: confusion mentale, hallucinations, mémoire trouble, vertiges, troubles psychocomportementaux, céphalée, nausées, vomissements… Mardi soir, le parquet de Bobigny a lancé une "alerte à la cocaïne extrêmement dangereuse en circulation en Seine-Saint-Denis". La poudre blanche, vendue aux consommateurs, a été coupée avec de la scopolamine, sédatif utilisé notamment contre le mal des transports.

Sa consommation "a déjà entraîné l'hospitalisation d'une dizaine de personnes, dont deux avec un pronostic vital réservé", précise le parquet. Il ajoute que "ce mode de préparation extrêmement nocif de la cocaïne entraîne chez les consommateurs des risques majeurs pour la santé, pouvant aller jusqu’au coma".

Trois personnes en garde à vue

Trois hommes âgés d'une vingtaine d'années et soupçonnés d'être impliqués dans un trafic de cocaïne ont été arrêtés lundi après-midi dans le quartier des Beaudottes à Sevran (Seine-Saint-Denis) dans le cadre de cette affaire, selon une information du Parisien confirmée par le parquet de Bobigny. "Certaines gardes à vue ont été levées, d'autres sont toujours en cours" a fait savoir le parquet à metronews ce mercredi, sans donner plus de précision.

Selon Le Parisien , "les autorités ont commencé à s'inquiéter au plus haut point après une overdose mortelle de cocaïne au Blanc-Mesnil, suivie d'une série d'hospitalisations. Une prise de sang a suffi à comprendre que ces patients, onze au total en six jours, avaient tous consommé de la cocaïne, à chaque fois coupée avec de la scopolamine". Le quotidien précise : "Tous à l'exception de la victime décédée, pour qui une enquête distincte a été ouverte".

Une enquête ouverte

Selon une source proche de l'enquête jointe par metronews, le "nombre de victimes pourrait s'alourdir". "Les personnes qui ont consommé ce produit ne se trouvent pas forcément en Seine-Saint-Denis. Il n'est pas exclu qu'il y ait d'autres victimes dans d'autres départements d'Ile-de-France", dit-elle.

Une enquête des chefs de trafic de stupéfiants et blessures involontaires a été ouverte à la suite de la vente de ce produit en Seine Saint-Denis depuis le 6 juillet 2017. La sûreté territoriale de la Seine Saint-Denis a été saisie des investigations et les autorités sanitaires ont été alertées.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Le médecin de Maradona inculpé pour homicide involontaire, comment en sommes-nous arrivés là ?

Isolement des patients Covid : "Il faut arrêter de contraindre les libertés", estime le Pr Juvin

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

VIDÉO - "Ça va... plus ou moins" : miraculé, Romain Grosjean donne de ses nouvelles

Producteur tabassé : le policier soupçonné d'avoir lancé la grenade lacrymogène placé sous contrôle judiciaire

Lire et commenter