Cognac : quatre squelettes dont celui d'un enfant retrouvés dans un jardin

Cognac : quatre squelettes dont celui d'un enfant retrouvés dans un jardin

FAIT DIVERS - Une famille cognaçaise a retrouvé dimanche des ossements humains et animaliers dans son jardin. Les squelettes ont été envoyés pour datation à l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) de Pontoise (Val d'Oise).

Elle profitait du beau temps pour faire des travaux de jardinage et quelques plantations de saison. Mais en cassant une dalle ancienne de 15 ans, située dans le jardin de leur maison de la rue de la Providence, cette famille cognaçaise a fait une trouvaille pour le moins inattendue.

Sous la pierre, le propriétaire est tombé sur plusieurs ossements. Selon Sud Ouest , qui rapporte les faits ce vendredi, il aurait d'abord rangé les os dans un coin, avant de réaliser que parmi eux se trouvaient une dent et un crâne. Paniqué, l'homme a contacté le commissariat de police.

Analyse en cours

Quatre jours plus tard, les gendarmes - qui ont récupéré l'enquête pour des raisons de moyens techniques et scientifiques - se sont rendus sur place. Au total, ils ont recensé jeudi quatre squelettes humains, trois adultes et un enfant, ainsi que plusieurs ossements animaliers.

''Les ossements ont été envoyés à l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) de Pontoise pour que l'on puisse établir la date du décès de ces personnes'' précise à metronews le lieutenant-colonel Jacky Lefort, officier de communication de la gendarmerie nationale. Il faut maintenant trois semaines environ pour connaître les résultats des analyses".

Et l'attente risque d'être longue pour certains. En effet, cette découverte pourrait être la fin d'une énigme bien connue dans la région : celle des ''disparus de Boutiers''. Dans la nuit du 24 au 25 décembre 1972, peu après une heure du matin, la famille Méchinaud - Pierrette 29 ans, Jacques 31 ans, Eric, 7 ans, et Bruno, 4 ans - quittent Cognac où ils viennent de fêter Noël avec des amis. A bord de leur Simca 1100, ils s'apprêtent à regagner leur domicile de Boutiers, à 3 kilomètres de là. On ne les reverra plus jamais.

Adultère et cadeaux sous le sapin

A l'époque, les gendarmes chargés de l'enquête avaient découvert dans la petite maison des Méchinaud, à Boutiers-Saint-Trojan, la dinde et les huîtres dans le réfrigérateur, ainsi que les cadeaux au pied du sapin . ''Très vite, il s'est su que l'épouse Méchinaud trompait son mari et que ce dernier venait de l'apprendre. Les thèses du suicide collectif et de l'enlèvement avaient été évoquées. Reste que 42 ans plus tard, les corps n'ont pas été retrouvés, explique un gendarme à metronews. Alors, à chaque fois que des os sont retrouvés dans ce secteur, le mystère des disparus de Boutiers est évoqué. Cela donne un peu d'espoir''.

Cet espoir pourrait tourner court. La maison dans laquelle les ossements ont été découverts dimanche dernier se situe en effet à proximité de l'église Saint-Martin, autour de laquelle se trouvait il y a bien longtemps un cimetière des époques mérovingienne et carolingienne. Une piste sérieuse.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 50.000 nouveaux cas recensés ces dernières 24h

"Un provocateur à la Donald Trump" : la candidature d'Eric Zemmour vue par la presse anglo-saxonne

Covid-19 : Doctolib saturé, comment réserver sa dose de rappel malgré tout ?

Pots entre collègues, cantine d'entreprise... Ce que préconise le gouvernement pour les repas au travail

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.