Coiffeur et shopping au marché : le lendemain des attentats, Salah Abdeslam voulait changer de look

Coiffeur et shopping au marché : le lendemain des attentats, Salah Abdeslam voulait changer de look

DirectLCI
FAIT DIVERS – Le 14 novembre au petit matin, au lendemain des attentats de Paris, Salah Abdeslam avait été conduit en Belgique par deux connaissances. Là-bas, il aurait été s'acheter des vêtements et serait allé chez le coiffeur afin d'échapper aux policiers.

C'est aujourd'hui l'un des hommes les plus recherchés au monde. Alors forcément, il a préféré essayer de passer inaperçu. Selon les informations du Parisien , quelques heures à peine après les attentats commis à Paris, Salah Abdeslam aurait tout fait pour changer de tête.

Récupéré en France par Mohamed Amri et Hamza Hattou à 5 heures du matin le 14 novembre, Salah Abdeslam s'était retrouvé très vite en Belgique. Les deux convoyeurs aujourd'hui incarcérés dans le pays ont raconté aux enquêteurs comment le terroriste présumé s'était comporté pendant le voyage et à son arrivée dans la capitale belge.

A LIRE AUSSI
>> La rocambolesque fuite de Salah Abdeslam
>> Après les attentats, Salah Abdesalam "pleurait et criait comme un enfant de 12 ans"

"Imiter Coulibaly"

Ainsi, selon le témoignage d'un des deux hommes en détention, Salah Abdeslam "était essoufflé, il transpirait. (...)  Il pleurait et criait en nous racontant ce qui s'était passé ". Amené à décrire le rôle de ce dernier pendant les attentats de Paris, Salah Abdeslam aurait dit à ses deux comparses "avoir été dans une voiture et avoir utilisé une kalachnikov pour abattre des personnes".

Il aurait ajouté avoir laissé dans une voiture abandonnée la carte d'identité de Brahim, son frère, "pour imiter Coulibaly" afin qu'il soit "connu du monde entier".  Dans la Clio retrouvée dans le 18e arrondissement, les policiers n'avaient pas retrouvé de carte d'identité, mais un permis de conduire et le titre de séjour de Brahim Abdeslam dans l'accoudoir central.

EN SAVOIR +
>> Attentats de Paris : Salah Abdeslam a-t-il craqué?
>>
Ce que l'on sait de la Clio noire retrouvée ce mardi à Paris

Désir de vengeance

Les convoyeurs auraient par ailleurs indiqué aux policiers que, pendant le trajet, Salah Abdeslam avait gardé sa capuche sur la tête et sa doudoune fermée. "Il était tendu et réagissait dès que nous ralentissions", dit l'un de ses amis belges.

Sur l'autoroute, il aurait lancé que "les Français allaient le torturer s'ils l'attrapaient", et aurait répété plusieurs fois qu'il se "vengerait" de la mort de Brahim. "Ils vont payer pour la mort de mon frère", aurait-il hurlé en larmes.

Caleçon et chaussettes

Pour échapper à la police, Salah Abdeslam aurait tout fait pour modifier son apparence. Accompagné par un de ses chauffeurs, il se serait rendu sur un marché dans la banlieue de Bruxelles pour y acheter de quoi se changer. Le terroriste serait reparti avec un jean noir, une veste sans capuche, un caleçon et des chaussettes et aurait utilisé, pour se changer, la camionnette d'un commerçant.

Dans un magasin situé non loin du marché, il aurait acheté un téléphone portable avant de s’arrêter chez un coiffeur. "Il voulait une coloration, mais le coiffeur n'en faisait pas", poursuit un des convoyeurs. Au deuxième salon, il se serait finalement couper les cheveux à ras, et se serait fait raser un trait sur le sourcil.

Il ne devait pas être là

Accompagné de ses deux exfilteurs, Salah Abdeslam aurait ensuite rejoint un autre ami à deux kilomètres de là. C'est à ce dernier qu'il aurait  notamment dit que "tout était sur son nom", avant d'ajouter qu'il "ne devait pas être là au moment des faits.".

Un peu plus tard, le fugitif aurait détruit son ancien téléphone avant d'être conduit dans une planque du quartier de Schaerbeek. L'un deux a indiqué à la police que là, le fugitif l'avait "serré dans ses bras" et dit qu'ils n'allaient "plus jamais se revoir". Un autre a déclaré avoir reçu à ce moment, émanant d'un numéro inconnu, ce même 14 novembre en fin d'après-midi, un message disant : "Tu as eu des nouvelles de ton pote en France ?". Depuis, Salah Abdeslam reste introuvable. Il pourrait avoir regagné la Syrie.

A LIRE AUSSI
>> Notre dossier complet sur les attentats du 13 novembre
>> Attentats de Paris : qui est Abdeslam Salah, l'ennemi public n°1
>> Abdelhamid Abaaoud, cerveau des attentats ?
>> Comment ne pas céder à la peur collective ?

Plus d'articles

Sur le même sujet