Collision entre un bus scolaire et un TER : les passages à niveau, ces croisements mortels

POINTÉS DU DOIGT - Une collision mortelle s'est produite jeudi entre un bus scolaire et un TER près de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales. Malgré les mesures prises pour les sécuriser, les passages à niveau demeurent un point noir de la sécurité routière. En 2016, 31 personnes avaient trouvé la mort dans ce type d'accident.

Un passage à niveau mortel. Ce jeudi, un TER est entré en collision avec un bus scolaire, faisant un bilan provisoire de 5 morts et 24 blessés dont 11 en urgence absolue, dans la commune de Millas, près de Perpignan. Après avoir déclenché le plan blanc, le préfet des Pyrénées-Orientales a lancé le plan rouge, en raison d'un "événement très grave de portée nationale". Il s'agit d'ores et déjà de l'un des accidents de la circulation les plus graves de ces 30 dernières années en France.


Malheureusement, il y a comme un air de déjà-vu. En 2016, la SNCF dénombrait 111 collisions, 31 tués et 15 blessés graves. Un chiffre stable par rapport aux années précédentes, sauf en 2013, où la compagnie ferroviaire comptabilisait 148 accidents lors desquels 29 personnes sont mortes et 19 blessées l'ont été gravement. "Une collision entre un train et une voiture est mortelle pour l’automobiliste une fois sur deux", peut-on lire sur le site de la SNCF, "en comparaison 5% des accidents de la route sont mortels". "Dans plus de 90% des cas les collisions se produisent avec un véhicule léger (motorisé de moins de 3.5t)", précise encore la compagnie.

15.000 passages à niveau en France

En France, le réseau ferré compte 15.000 passages à niveau, franchis quotidiennement par 16 millions de véhicules. Les passages à niveau ayant connu plusieurs incidents par an ou ayant des trafics routiers et ferroviaires élevés sont, eux, répertoriés dans le programme national de sécurisation qui consiste à prioriser leur suppression ou leur équipement. Selon SNCF Réseau, entre 40 et 45 millions d'euros sont investis chaque année dans ce programme. Pour rappel, en 2015, la compagnie ferroviaire estimait le coût de suppression d'un passage à niveau est d'environ 5 millions d'euros.


Dans l'objectif d'abaisser l'accidentologie, (deuxième cause de mortalité sur le réseau ferroviaire) et de sensibiliser les usagers au respect des règles de sécurité aux abords d'un passage à niveau, SNCF Réseau organise chaque année une journée nationale dédiée depuis une décennie. En 2017, le message de cette campagne co-signée avec la sécurité routière et portée par un film fort et percutant était le suivant : "Ne risquez pas votre vie aux passages à niveau, respectez le code de la route !"

Dans 98% des cas, ces collisions à un passage à niveau sont la conséquence de "comportements inadaptés des usagers", d'un conducteur impatient qui s'engage, d'une habitude entrainant une perte de vigilance ou du non-respect du code de la route.


Pour l'heure, les premiers éléments fournis par la SNCF autour de la tragédie de Millas ne permettent pas de définir la cause exacte de l'accident. Il faudra pour cela attendre les résultats de l'enquête approfondie, confiée à la gendarmerie. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Collision mortelle entre un train et un bus scolaire à Millas

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter