Condamné à trente ans de prison pour avoir violé et tué une lycéenne

Condamné à trente ans de prison pour avoir violé et tué une lycéenne

FAITS DIVERS
DirectLCI
JUSTICE - Alain Delannoy a été condamné à trente ans de prison pour l'enlèvement, le viol et le meurtre d'une lycéenne en 2012. Il risquait la perpétuité.

Il va passer les trois prochaines décennies derrière les barreaux. Alain Delannoy a été condamné vendredi à trente de prison, une peine assortie de dix-huit ans de sûreté, pour avoir enlevé, violé et tué Gala Mulard, une lycéenne de 19 ans, en mars 2012. Les jurés n'ont pas suivi les réquisitions de l'avocat général, qui avait demandé la réclusion à perpétuité en raison du "caractère insoutenable" des crimes et du "martyre" infligé à la jeune femme pendant près de 24 heures. L'accusé, âgé de 39 ans, n'a pas réagi à l'énoncé du verdict de la cour d'assises de la Haute-Loire.

Une nuit de viols et de sévices

Alain Delannoy était spontanément passé à des aveux complets, estimant que "cent ans de prison" ne répareraient pas son crime. Il a raconté mercredi avoir enlevé la jeune fille pour la violer, "pris d'une pulsion" alors qu'il la raccompagnait après une soirée chez des amis. Après l'avoir droguée et lui avoir infligé une nuit de sévices, il l'avait laissée seule toute une journée, bâillonnée et ligotée.

Rentré chez lui le lendemain, il l'avait découverte brûlante et secouée de convulsions, lui avait fait prendre un bain puis avait décidé, pris de panique, de la tuer pour "cacher" son crime. "Je regretterai toute ma vie ce que j'ai fait", a-t-il déclaré vendredi, prenant la parole en dernier.

"La punition ne suffit pas"

Selon son avocat, Marcel Schott, "son histoire familiale" , marquée par l'alcoolisme de ses parents et la violence physique et sexuelle de son père, "c'était la chronique d'un désastre annoncé". "Il a commis des faits inhumains mais il a sa part d'humanité. On ne peut pas dire que c'est un monstre froid", a-t-il ajouté.

Dans une déclaration diffusée avant le verdict, la mère de Gala Mulard avait écrit que "la punition ne suffit pas". "Les violences faites aux femmes ne sont pas des faits divers isolés. Elles sont l'expression la plus cruelle des inégalités hommes-femmes. Ce sont les mentalités sexistes qu'il faut changer si l'on veut que ces violences reculent".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter