Corps découpé dans le Var : l'homme soupçonné d'avoir tué Hakim Ouadi mis en examen

FAITS DIVERS

FAIT DIVERS – Un homme âgé de 41 ans a été mis en examen ce samedi matin pour "assassinat" et "recel de cadavre" après la découverte, le lundi 26 décembre au Pradet (Var), d’un corps découpé en quatre morceaux. La victime avait été identifiée comme étant Hakim Ouadi, un Seynois âgé de 31 ans.

Les mobiles restent flous mais les enquêteurs disposeraient à ce jour "d’évidences scientifiques" attestant de sa culpabilité. Ce samedi matin, un homme âgé de 41 ans a été mis en examen pour assassinat et recel de cadavre

Le quadragénaire est soupçonné d’avoir tué Hakim Ouadi, Seynois âgé de 31 ans et élève aide-soignant, entre le 24 et le 26 décembre. Le corps de la victime avait été retrouvé par des promeneurs le lundi 26 décembre vers 18h30 au Pradet. Il était alors placé dans une valise et deux sacs que le ou les meurtrier(s) présumé(s) avai(en)t tenté d’incendier avec de l’alcool et de l’essence

Il aurait profité d’une permission

Incarcéré en Corse, au centre pénitentiaire de Casabianda, le suspect a bénéficié d'une permission de sortie du 24 au 30 décembre durant laquelle il aurait retrouvé son épouse à La Valette-du-Var. "Il a d'ailleurs rejoint son lieu de détention comme prévu, avant d'être placé en garde à vue pour être entendu dans le cadre de cette affaire et d'être transféré en cette fin de semaine à Toulon", rapporte Var Matin ce samedi.

Selon nos confrères, il avait été placé en détention en 2010 et était libérable en 2022. Il préparait actuellement sa libération conditionnelle. Bien connu des services de police, notamment pour des braquages et des violences, l’auteur présumé de l’assassinat "purge actuellement une peine criminelle de douze ans de réclusion prononcée en 2012 par la cour d'assises de Draguignan pour des viols commis sur deux nièces et des agressions sexuelles sur sa propre fille", ajoute Var Matin.

La femme et le frère du suspect avaient eux aussi été placés en garde à vue cette semaine. Ils ont finalement été relâchés sans qu’aucune charge n’ait été retenue contre eux. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter