Côtes-d'Armor : une sexagénaire vivait depuis des années avec le cadavre de sa mère

Côtes-d'Armor : une sexagénaire vivait depuis des années avec le cadavre de sa mère

DirectLCI
MACABRE DECOUVERTE - Dans l'attente des examens médico-légaux, on peut présumer que la vieille dame retrouvée morte dans un fauteuil est décédée de cause naturelle. On peut aussi présumer que sa fille, qui n'avait pas signalé le décès et vivait avec le corps, a de sérieux problèmes...

A Maël-Carhaix, en plein centre de la Bretagne, aux confins des Côtes-d'Armor et du Finistère, une femme âgée de 66 ans vivait depuis des années avec le cadavre de sa mère en putréfaction dans le salon. On ne saurait dire pour l'heure à quand remonte le décès, mais à en juger par l'état de décomposition avancée du corps découvert par les gendarmes vendredi, le décès pourrait remonter à au moins deux ou trois ans.

La mairie avait fini par donner l'alerte

Depuis 2010 en tout cas, nul n'avait croisé la défunte dans le village, a indiqué le vice-procureur de Saint-Brieuc, Patrick Lewden, précisant que l'autopsie devrait permettre de dater la mort. Un peu tardivement sans doute, la mairie s'était récemment inquiétée auprès du parquet de la disparition de l'une de ses administrées, une femme née en 1921, qui vivait seule avec sa fille, née en 1947, sans autre source de revenus que la pension de réversion du défunt père. Les loyers continuant à tomber, le propriétaire du logement ne s'était inquiété de rien, précise Le Télégramme .

La sexagénaire, qui cohabitait apparemment avec le cadavre de sa maman découvert assis dans un fauteuil, n'avait rien laissé paraître. Elle était toujours aussi discrète, mais continuait de faire ses courses comme si de rien n'était. La question pour les enquêteurs est désormais de savoir si cette sexagénaire est de près ou de loin impliquée dans le décès de sa mère. Compte tenu de son agitation, "de son état psychique" quand les gendarmes se sont présentés à son domicile, l'intéressée a été internée d'office dans un service psychiatrique. "Elle est très confuse et n'a pu être entendue", a dit le vice-procureur.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter