Policiers agressés devant leur fille de 3 ans : "Un dossier monté en épingle" pour l'avocate des suspects

DirectLCI
AGRESSION - Les deux agresseurs présumés d'un couple de policiers en Seine-et-Marne ont été placés en détention ce dimanche. Ils seront jugés mercredi en comparution immédiate. Emmanuel Macron avait immédiatement dénoncé l"ignominie" de cette agression.

Les deux hommes arrêtés après l'agression violente d'un couple de policiers en pleine rue mercredi à Othis (Seine-et-Marne) ont été placés en détention dans l'attente de leur procès. ils seront jugés mercredi prochain en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Meaux.  Les deux hommes sont frères. Ils sont suspectés d'avoir frappé ce couple de policiers. Au moment des faits, ces derniers allaient chercher leur fille de trois ans chez la nounou avant de rentrer à leur domicile. C'est alors qu'un véhicule est arrivé à leur hauteur. Les deux personnes à l'intérieur de la voiture seraient alors sorties et s'en seraient pris au couple. 


Les deux policiers, qui étaient hors service (donc sans uniforme), ont été agressés sous les yeux de leur enfant. Selon une source policière, la femme a reçu un coup de poing au visage et son conjoint a reçu plusieurs coups de pieds.

Une "rencontre fortuite"

"Ce dossier a été totalement monté en épingle", affirme l'avocate des deux agresseurs présumés, Louis Tort. "Il n’y a pas eu de guet-apens, mes clients n’ont pas vu qu’il y avait une petite fille, c’est une rencontre fortuite qui a tourné en bagarre. Mes clients reconnaissent l’altercation et des violences, qu’ils regrettent tous les deux". 


Selon nos informations, un voisin serait intervenu et se serait interposé, mettant en fuite les deux individus. La policière, qui exerce à Aulnay-sous-Bois, a indiqué aux gendarmes avoir reconnu son agresseur et avoir eu affaire à lui dans le passé. Elle a ajouté qu'il l'avait déjà menacée. Le couple de policiers a ensuite été transporté à l'hôpital. Une ITT de 15 jours a été prescrite au policier et une ITT de moins de 4 jours à sa compagne. 


Dans un tweet, le président de la République a apporté son "soutien" aux deux fonctionnaires et dénoncé "l'ignominie et la lâcheté des deux voyous".  "Ils seront retrouvés et punis", a-t-il promis. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter