Course-poursuite mortelle à Paris : le policier qui a tiré mis en examen et placé sous contrôle judiciaire

DirectLCI
TIRS MORTELS - Dans la nuit de mardi à mercredi, dans le 9ème arrondissement de Paris, un homme qui avait fui un contrôle routier a été tué par les tirs de la police après une course-poursuite. L'IGPN a été saisie. A l'issue de sa garde à vue, le policier auteur du tir a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire, indique le parquet de Paris.

Dans la nuit du mardi 14 au mercredi 15 août, une course-poursuite a dégénéré et s'est soldée par la mort d'un automobiliste en plein cœur de Paris. Les faits se sont produits en plein cœur de Paris dans le neuvième arrondissement. 


Un homme de 26 ans qui conduisait sans permis aurait refusé de se soumettre à un contrôle de police, dans un quartier proche des Halles - dans le centre de la capitale - avant de tenter la fuite, rapportait mercredi Europe 1. Le fonctionnaire de police est alors monté à l'arrière du scooter d'un particulier, et tous deux ont pris la voiture en chasse, d'après une source proche de l'enquête contactée par l'AFP. 


Ce jeudi, le parquet de Paris indique que le gardien de la paix auteur du tir, âgé de 23 ans, a été mis en examen pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner par personne dépositaire de l'autorité publique dans l'exercice de ses fonctions". Il a été placé sous  contrôle judiciaire avec interdiction d'exercer sa fonction et interdiction de détenir ou porter une arme.

Colère de la famille

"Le fuyard a pris tous les risques, y compris des rues en sens inverse et s'est finalement retrouvé bloqué. Le policier est alors descendu et l'a sommé d'obtempérer. Mais quand le véhicule a fait marche arrière et a percuté le scooter, le fonctionnaire a tiré un coup de feu", expliquait mercredi 15 août une source de l'enquête, au lendemain des faits. Touché au thorax, l'homme serait décédé des suites de ses blessures, dans la rue Condorcet (IXe arrondissement).


La victime était sous le coup d'une procédure ouverte en février pour  "conduite malgré une annulation de permis" et "refus d'obtempérer exposant  autrui à un risque de mort ou d'infirmité", d'après une source judiciaire. 

Le policier placé en garde-à-vue

Le gardien de la paix avait été placé en garde à vue dans la nuit pour "violences volontaires avec arme par personne dépositaire de l'autorité publique ayant entraîné la mort sans intention de la donner". Le parquet de paris avait ouvert une enquête, confiée au 1er département de la Police Judicaire et à l'IGPN (Inspection générale de la Police nationale - couramment surnommée la "police des polices"), - a confié une source judiciaire à LCI. Les deux organismes seront chargés d'enquêter sur le déroulement de l'événement. 


Le père du jeune homme de 26 ans, mort sous le feu du policier qui l'avait pris en chasse dans les rues de Paris, a porté plainte pour homicide mercredi selon Le Parisien. Dans les colonnes de nos confrères, il déclare être "très en colère", et éprouver une "haine sans nom". Ce dernier estime par ailleurs que "dans sa poursuite, le policier a mis la vie d'autres personnes en danger". Les membres de sa famille décrivent le jeune homme comme ayant "des problèmes avec la police". Mais le père ne comprend pas : le policier aurait pu "relever la plaque d'immatriculation", pour le convoquer plus tard. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter