Défilé du 1er mai à Paris : heurts entre manifestants cagoulés et forces de l'ordre, six policiers blessés dont un sérieusement

DirectLCI
HEURTS - Plusieurs milliers de personnes manifestaient lundi après-midi à Paris pour un 1er mai marqué par le rejet du Front national et la défense du progrès social. La situation s'est rapidement tendue avec des jets de projectiles et des tirs de lacrymogènes. Trois CRS ont été blessés en marge du cortège, dont un sérieusement.

Des milliers de personnes défilaient ce lundi à Paris à l'occasion de la traditionnelle manifestation du 1er mai organisée par la CGT et plusieurs autres syndicats. Outre les habituels mots d'ordre du 1er mai, les manifestants étaient également présents pour appeler à "faire barrage" à Marine Le Pen à trois jours du second tour. 


Mais alors que la manifestation syndicale avait débuté dans le calme, la situation s'est très vite tendue, avec des jets de projectiles, tirs de lacrymogènes et de pétards au niveau du bas du boulevard Beaumarchais, où le cortège s'est arrêté. Certains manifestants ont descellé des pierres de la facade d'un immeuble afin de s'en servir comme projectiles.


 Au milieu de la rue, 150 personnes cagoulées et plusieurs dizaines de CRS se faisaient face. Selon la préfecture de police, au moins 30.000 personnes manifestent à Paris, 80.000 selon la CGT. 

En vidéo

Manifestations à Paris : 3 CRS blessés

Selon la préfecture de police, trois CRS ont été blessés, dont un sérieusement suite à des brûlures au niveau du visage et de la main. Il a été transporté à l'hôpital Percy de Clamart. Trois fonctionnaires de la CSI (Compagnie de sécurisation et d'intervention de la DSPAP) ont également été bléssés, dont une sérieusement suite à la manipulation d'une grenade. 


A 17h30, six personnes avaient été interpellées pour "port d'arme prohibé, "violences à agents de la force publique" et "dégradations". Des dégradations ont également émaillé la manifestation et au moins deux panneaux publicitaires et une vitrine ont été brisés. Un sac de pierre a également été saisi par la police. 

2000 policiers et gendarmes pour encadrer la manifestation parisienne

Selon plusieurs journalistes sur place, des manifestants ont été rérieusement blessés. 


Le ministère de l'Intérieur a condamné "avec la plus grande fermeté les violences intolérables commis à l'encontre des forces de l'ordre ce 1er mai". Matthias Fekl a salué "la parfaite maîtrise et le grand professionnalisme" dont ont fait preuve les forces de l'ordre avant d'appeler au calme et à la responsabilité de tous.

"Je rends hommage aux deux CRS blessés à Paris. C'est cette chienlit et ce laxisme que je ne veux plus voir dans nos rues", a réagi Marine le Pen sur son compte Twitter.

En vidéo

Manifestations à Paris : la place de la Bastille évacuée

Le cortège, encadré par les forces de l'ordre est reparti aux alentours de 15h40 en direction de la place de la Nation avec le même message :"Notre slogan est clair : Il faut battre le FN pour le progrès social. Le FN est un parti raciste, xénophobe, antifemmes et libéral", a déclaré le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez.


Cette année, plus de 9000 policiers, gendarmes, et militaires de l'opération Sentinelle sont engagés, dont 2.000 dédiés notamment à la sécurisation de la manifestation parisienne, selon la préfecture de police.


En régions, les rassemblements à l'appel de cette intersyndicale ont mobilisé plusieurs dizaines de milliers de personnes: au moins 4.800 à Marseille, 4.000 à Nantes, 6 à 7.000 à Toulouse, selon la police. Parmi les manifestants, là encore, beaucoup d'électeurs de Jean-Luc Mélenchon, ou de militants de LO, du PCF, de l'Unef...

Plus d'articles

Sur le même sujet