Des adolescents touchés par la foudre dans la Vienne : le point sur la situation

FAITS DIVERS
DirectLCI
ACCIDENT - Lundi 7 août dans la soirée, la foudre a frappé un centre de loisirs dans la Vienne, blessant huit adolescents. Ce mercredi, l'un d'entre eux est toujours dans un état grave, suscitant le pessimisme de ses médecins. On fait le point sur la situation.

La foudre est tombée lundi soir dans un centre sportif de plein air de Lathus-Saint-Rémy dans la Vienne, blessant plusieurs adolescents, membres d'une colonie qui venait d'arriver sur le site. Voici ce que l'on sait ce mercredi à la mi-journée au sujet des conséquences de cet orage qui a duré deux minutes.  

Ce qu'il s'est passé

Il était environ 19h lundi soir lorsque la foudre "s'est abattue" sur un centre de plein air situé à Lathus, à une soixantaine de kilomètres au sud-est de Poitiers. Là se trouvait un groupe de seize jeunes, âgés de 13 à 17 ans. La colonie était arrivée dans la matinée depuis Descartes (Indre-et-Loire).


Un arbre, sous lequel étaient installées les tentes de ces adolescents, a été frappé par la foudre, a précisé à l'AFP Dominique Josso, directeur du CPA Lathus qui accueille actuellement 300 jeunes. La charge électrique de l'éclair se serait diffusée ensuite à une partie des adolescents se trouvant à proximité, un cas de figure généralement moins grave qu'un foudroiement direct.

De quoi souffrent les victimes ?

Sur le groupe des seize jeunes vacanciers, un adolescent de 15 ans a été  transporté à l'hôpital de Tours dans un "état très préoccupant", selon la préfecture. L'accident a provoqué chez lui un arrêt cardio-respiratoire, et il souffre également de brûlures. Ce mercredi, son état n'inspirait guère d'enthousiasme à l'équipe médicale, selon nos informations.


Neuf autres jeunes ont été, selon la préfecture de la Vienne, évacués au CHU de Poitiers. Parmi eux, trois adolescents ont pu sortir de l'hôpital le soir même, "avant minuit sous la responsabilité de leurs parents", "deux ont été placés en unité de soins continus" et quatre autres "sont rentrés dans le service pédiatrie pour observation". Certains d'entre eux souffrent de lésions et des troubles auditifs (acouphènes, bourdonnement). 


Quant aux six adolescents qui n'ont pas été blessés, la préfecture explique qu'ils ont toutefois bénéficié d'une cellule d'urgence médico-psychologique et ont pu repartir chez eux. 

Pourquoi aucune mesure de sécurité n'a-t-elle été prise ?

Le directeur du centre de plein air de Lathus explique à l'AFP qu'"il n'y avait pas d'alerte vigilance orange". "Quand il y a des alertes, on rapatrie tous les jeunes dans des bâtiments en dur. L'orage a duré deux minutes et a été très rapide : un coup de tonnerre, deux éclairs et quelques gouttes de pluie. Il était très localisé car les communes alentours n'ont rien eu". 


Treize départements situés sur un axe allant des Pyrénées centrales à l'Auvergne étaient placés en vigilance orange pour orages de lundi soir à mardi matin. Mais la Vienne n'en faisait pas partie.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter