Des "soutiens" aux zadistes de Notre-Dame-Des-Landes vident la permanence du député LREM Paul Molac  : "des enfantillages", selon lui

Des "soutiens" aux zadistes de Notre-Dame-Des-Landes vident la permanence du député LREM Paul Molac : "des enfantillages", selon lui

RÉACTION - Dans un communiqué de presse publié ce vendredi soir, et alors que l'évacuation de la Zad a pris fin ce vendredi, le député LREM Paul Molac assure s'être fait vider sa permanence parlementaire par des "soutiens" aux zadistes. Contacté par LCI, il indique ne pas vouloir porter plainte.

"S'ils pensent faire pression sur moi comme ça, j'en ai connu d'autres", assure Paul Molac. Ce député LREM a publié un communiqué ce vendredi soir, affirmant s'être fait vider sa permanence parlementaire de Ploërmel (Morbihan) par des "soutiens aux zadistes" un peu plus tôt dans l'après-midi. Un incident qui intervient quelques heures seulement après l'annonce de la fin des opérations d'évacuation de la Zad de Notre-Dame-des-Landes.


Dans son communiqué de presse, l'élu dénonce "des méthodes brutales" et "un acte de violence désolant" qui fait preuve "d'une totale intolérance de la part de ceux qui se prétendent ouverts et défenseurs de la nature".

Il y a une volonté de la part de certains de refuser tout ce qui est état de droit par principePaul Molac, député LREM du Morbihan

Contacté par LCI ce vendredi soir, Paul Molac met plus de mesure dans ses propos : "Honnêtement, y’a pas de quoi en faire un fromage, assure-t-il. Ils sont arrivés et m'ont lu une déclaration dans laquelle ils me reprochaient de ne pas prendre position sur Notre-Dame-des-Landes. Ensuite, ils ont mis mes affaires sur le trottoir. Ce sont des enfantillages". Et d'ajouter : "D'ailleurs, je n'ai pas l'intention de porter plainte".


Dans son communiqué, il déplore toutefois qu'"une frange radicalisée de la mouvance zadiste en proie à des difficultés avec le respect de la légalité et de la démocratie et qui jette l’opprobre sur tous les opposants au défunt projet d’aéroport". "Il y a une volonté de la part de certains de refuser tout ce qui est état de droit par principe, nous confie-t-il. Et je le regrette car ce n'est pas comme ça qu’on fera avancer le combat de l’écologie". 

En vidéo

Notre-Dame-des-Landes : "Tout ce qui est évacuable a été évacué", assure Macron

L'opération d'expulsion des occupants de la ZAD considérés comme illégaux a commencé lundi, avec 2.500 gendarmes, huissiers et engins de chantier, et 29 squats ont été détruits en trois jours. Vendredi, les zadistes ont été appelés à régulariser leur situation avant le 23 avril.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Notre-Dame-des-Landes : après l'abandon et l'évacuation, le dépôt des dossiers

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter