Devenu paraplégique, un motard de la police raconte son long retour à la vie

Devenu paraplégique, un motard de la police raconte son long retour à la vie

SALON DU LIVRE – Emmanuel Siaux, motard de la police nationale, raconte dans un livre, qu’il présentera ce samedi Porte de Versailles où se tient le salon du Livre, son long combat contre la mort puis sa lente reconstruction après un accident de la route, alors qu’il rentrait au commissariat après une patrouille.

Ses mots devaient rester dans un tiroir. Fermé. Comme un exutoire intime pour garder le sens de la vie et expliquer à sa fille de 7 ans pourquoi son père ne l’emmènerait jamais ramasser les champignons dans les bois. Pendant deux mois, jours et nuit, Emmanuel Siaux a raconté par écrit l'épreuve de la mort, puis le retour à la vie. Enfin, la lente reconstruction d’un hyperactif, sportif de haut niveau et motard de la police nationale, devenu paraplégique. Fauché un 22 février 2013 par un commercial sans doute trop pressé pour respecter un "cédez-le-passage".

Cette histoire, Emmanuel Siaux en a fait un livre*. Qu’il présentera et dédicacera ce samedi au Salon du Livre, Porte de Versailles. La veille, LCI l’a rencontré dans un hôtel du 15e arrondissement. Cet ancien champion de France Rallye routier s’est mis "à nu", comme il le dit, pour raconter "la face cachée du handicap". "Quand on est paraplégique, on ne fait pas que ne plus marcher. On est emprisonné dans un poids mort", raconte-t-il pudiquement.

Lutte contre la mort

Son long retour à la vie commence après trois semaines de coma. "J’étais sous assistance respiratoire. A ce moment-là, on a peur de vivre à chaque seconde qui passe." Pendant un mois et demi, Emmanuel va lutter contre un appareillage qui lui impose une respiration mécanique. Avec ses 22 vertèbres paralysées, le policier développe une escarre dans le dos, et plusieurs autres complications. "Mais l’urgence était de me stabiliser en vie". 

Viennent les centres de rééducation, confrontés à d’importants "manques de moyens et de personnels". Alors qu’il vient de faire une occlusion intestinale, Emmanuel appelle l’infirmière qui mettra plus d’une heure et demie à prendre en compte ses douleurs. Retour à l’hôpital. Petit à petit, les douleurs neuropathiques apparaissent. Des crises si aigües qu’Emmanuel en perd par moment l’usage de la parole.

Critique des assureurs

Le retour à la maison n'est pas plus simple.  L’accessibilité, mais aussi l’apprentissage de l’autonomie se révèlent être particulièrement compliqués. Le policier tente de mettre fin à ses jours. Aujourd’hui encore, il élude rapidement ces quelques secondes qui lui ont "brisé la vie". "Vous savez, des voitures, je passais mes journées à en éviter, pendant les escortes. On peut devenir tétraplégique en poussant son caddie. Il n’y a pas d’accident intelligent", répète-t-il. 

Emmanuel Siaux souhaite aussi, par sa démarche, montrer les dysfonctionnements des assureurs. "Plus les blessures sont graves, plus les indemnités sont longues à arriver. Ce n’est pas normal", regrette-t-il. Un coup de gueule dirigé vers les compagnies d’assurance, notamment celle du chauffard qui était aussi un de ses sponsors lors des courses de moto.

Deux mois de prison avec sursis

Depuis novembre, Emmanuel Siaux s’est reconverti dans la formation au sein de la police nationale, un mi-temps thérapeutique au centre départemental de stages et de formation de Haute-Garonne. Référent "routier", il étudie aussi les nouvelles réformes sur l’utilisation des armes. "L’administration m’a pris en charge. Il y a une vraie solidarité dans la police. Le directeur général de la police nationale m’appelait toutes les semaines." 

Le chauffard, lui, a été condamné à deux mois de prison avec sursis et 400 euros d’amende. "C’était un accident. La faute est humaine", se persuade-t-il, regrettant toutefois son absence d’empathie. "Il n’a jamais pris de mes nouvelles. Je ne l’ai vu qu’une fois, pendant le procès : il ricanait presque".

* Irréversible, ma vie, un combat. Emmanuel Siaux. Publishroom.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

L'exécutif change de ton : ce que va annoncer Jean Castex à 18h

EN DIRECT - Covid-19 : la mairie de Paris va proposer un confinement pour trois semaines

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

CARTE - Covid-19 : la liste des 20 départements sous "surveillance renforcée", mesures possibles le 6 mars

Covid-19 : quels sont les départements où la situation est "très préoccupante" ?

Lire et commenter