Dieudonné écrit à Salah Abdeslam en vue d'écrire un livre sur les attentats

FAITS DIVERS

SULFUREUSE CORRESPONDANCE - Le célèbre polémiste s'est fendu d'une missive à destination du survivant des commandos du 13 novembre, y expliquant vouloir "comprendre [son] état d'esprit", pour un livre intitulé "Comment arrêter les attentats en France ?"

Début 2015, juste après l'attaque de Charlie Hebdo, Dieudonné se sentait publiquement "Charlie Coulibaly", dans une énième provocation où se mélangeaient le célèbre slogan de soutien à l'hebdomadaire décimé et le nom de famille du terroriste de l'Hyper Cacher. En octobre 2017, selon les informations du Parisien, le polémiste se fait encore remarquer pour ses liens avec les auteurs d'acte terroriste en France, cette fois de façon encore plus forte, avec cette lettre, écrite à Salah Abdeslam, l'ultime survivant du commando qui ensanglanté Paris le 13 novembre 2015.

Lire aussi

"Comprendre la profonde révolte qui vous habite"

Selon les informations du quotidien, qui a pu consulter la missive, Dieudonné s'y montre courtois, vouvoyant le détenu, qu'il cherche à contacter dans le cadre d'un livre d'entretiens intitulé Comment arrêter les attentats en France ?

"Nous ne voulons pas parler des actes qui vous sont reprochés. Ce qui nous intéresse est de comprendre votre état d’esprit et les raisons qui vous ont poussé à agir. La violence est un mode d’expression qui surgit quand tous les autres ont échoué : l’attentat a pour but d’envoyer un message fort qu’on ne peut transmettre autrement. C’est en tout cas comme ça que nous le comprenons. En discutant avec vous, nous espérons mieux comprendre la profonde révolte qui vous habite et à laquelle la société reste sourde."

En vidéo

Salah Abdeslam, seul rescapé du commando du 13 novembre

Tentative de légitimation ou de compréhension ?

Et de faire référence à la condamnation pour "apologie du terrorisme" qu'il avait reçue après son outrance, qui lui avait valu deux mois de prison avec sursis et 10.000 euros d'amende. 

En vidéo

Ce que risquait Dieudonné pour son "Je me sens Charlie Coulibaly"

Du côté des victimes des attentats, la réponse ne s'est pas fait attendre. Toujours auprès du Parisien, Me Gérard Chemla y a vu une présentation d'Abdeslam comme "victime de la société en état de légitime défense". L'avocat de Dieudonné, Me Jacques Verdier, refuse d'y voir "une provocation" ou l'affichage d'une "quelconque sympathie pour le terrorisme", mettant en avant le projet de l'ancien comparse d'Elie Semoun, d'écrire un livre pour "comprendre le moteur qui a conduit" aux attentats, en coordination avec "deux psychothérapeutes", Florian Dupont et Jean-Marc NGuyen Duc.

Et aussi

Lire et commenter