Disparition d’une étudiante japonaise à Besançon : la jeune femme au café n’était pas Narumi Kurosaki

Disparition d’une étudiante japonaise à Besançon : la jeune femme au café n’était pas Narumi Kurosaki

ENQUÊTE – Les investigations se poursuivent pour tenter de retrouver Narumi Kurosaki, Japonaise âgée de 21 ans qui étudiait à Besançon (Doubs) jusqu’à sa disparition le 4 décembre. Mardi dernier, un patron de café avait affirmé dans la presse locale avoir vu la jeune femme le 19 décembre, dans son établissement. Mais il ne s’agissait pas d’elle …

Le patron du Miribel, bar-tabac-PMU de Verdun (Meuse) comme l’une de ses employées en étaient convaincus. Pour eux, la jeune femme qui avait passé 2h30 à une table de leur établissement le lundi 19 décembre était bien la Japonaise Narumi Kurosaki, recherchée par la police depuis sa disparition le 4 décembre à Besançon (Doubs). 

Les deux personnes avaient évoqué, dans un témoignage mardi dernier à L’Est Républicain, une jeune femme "moralement détruite", qui "pleurait et téléphonait en permanence", "nerveuse" et "perdue" . Contactée par LCI, une employée déclarait jeudi : "Une photocopie du ticket de carte a été remise aux enquêteurs pour leurs investigations, maintenant, il n’y aura pas d’autres commentaires. La police déterminera s'il s'agit bien de cette jeune femme ou pas". 

Du café au restaurant

D’autres témoins, qui avaient eu connaissance de l’avis de recherche diffusé dans la presse locale, avaient eux aussi contacté la police, indiquant avoir vu la Japonaise un peu plus tard au restaurant le Krok, dans la même ville. 

Malheureusement, Narumi Kurosaki n’a jamais été ni au Miribel, ni au Krok…. Ce vendredi, L’Est Républicain révèle qu’une jeune femme asiatique s’est bien rendue dans ces deux établissements le lundi 19 décembre et qu’elle était en effet très mal. Elle aurait notamment pris de nombreux cachets alors qu’elle se trouvait dans le restaurant du centre-ville.

 Alertée par deux clientes du restaurant, la police était intervenue dans l’établissement, et la jeune femme avait été transportée à l’hôpital de Verdun. Âgée d’une trentaine d’années, cette Asiatique qui habite dans la Meuse serait aujourd'hui tirée d’affaires. Narumi Kurosaki, elle, reste introuvable. 

Un Chilien recherché

L’enquête ouverte pour "enlèvement, séquestration et détention arbitraire" a été requalifiée cette semaine en "assassinat". Bien que le corps de la jeune femme n’ait pas été retrouvé, les enquêteurs de police semblent désormais avoir des preuves attestant que la jeune femme a été tuée et avoir un suspect. 

Dans leur viseur, un ex-flirt de l’étudiante, originaire du Chili, qui aurait regagné son pays le 7 décembre, quelques jours après que la jeune femme a été vue pour la dernière fois. Les autorités françaises ont communiqué à Interpol l'identité de cet homme âgé d'une vingtaine d'années que Narumi Kurosaki aurait connu au Japon et qu’elle aurait revu en France. Le 4 décembre, c’est d’ailleurs avec lui qu’elle aurait passé sa dernière soirée dans un restaurant d’Ornans, près de Besançon, avant de regagner le campus universitaire où elle était logée et où des témoins affirment avoir entendu des cris au milieu de la nuit…

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Variant Omicron : "Il n'impacte pas le profil de la vague que nous connaissons"

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

EN DIRECT - Crise des migrants : les ministres européens réunis ce dimanche sans leur homologue britannique

Affaire Hulot : Matthieu Orphelin, porte-parole de Yannick Jadot, "mis en retrait" de la campagne d'EELV

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.