Disparition de Laëtitia dans les Vosges : un corps retrouvé dans la cave de son compagnon

Disparition de Laëtitia dans les Vosges : un corps retrouvé dans la cave de son compagnon

FAIT DIVERS – Une perquisition menée mardi au domicile de Laëtitia Delecluse à Ramonchamp (Vosges) a permis de découvrir un cadavre. Le compagnon de cette mère de famille, qui avait disparu depuis plus d'un mois, a été placé en garde à vue.

S'agit-il du corps de Laëtitia Delecluse ? Tout porte à croire que le cadavre retrouvé dans une cave par les gendarmes est bien celui de cette mère de famille mystérieusement disparue  depuis plus d'un mois. Mardi, les enquêteurs ont passé au crible sa maison de Ramonchamp (Vosges) où elle vivait avec son compagnon. L'homme, âgé de 44 ans, a été interpellé et placé en garde à vue dans la foulée.

De lourds soupçons pèsent sur ce père qui avait appris peu de temps avant sa disparition que sa compagne de 38 ans s'apprêtait à quitter le domicile conjugal. C'est une des collègues de Laëtitia qui avait alerté la gendarmerie le 4 septembre dernier. Elle connaissait le climat orageux au sein du couple et savait qu'il n'était pas dans les habitudes de la jeune femme de ne pas prévenir de son absence au travail, à la maison de retraite de Saint-Maurice-sur-Moselle.

Cinq versions différentes

Entendu à l'époque comme simple témoin, son compagnon avait expliqué qu'il dormait lorsque Lætitia était rentrée du travail la veille. Il pensait qu'elle avait été enlevée pendant la nuit. "Il est apparu qu'il a en fait menti, en donnant des circonstances différentes à ses proches, ses voisins ou les enquêteurs. Il a, en tout, donné cinq versions, a déclaré le procureur d'Epinal, Etienne Manteaux. Nous avons par ailleurs retrouvé le téléphone portable de la victime, ainsi que celui du suspect, sur lesquels les mémoires ont été purgées exactement à la même heure".

Le procureur a requalifié l'information judiciaire ouverte il y a quinze jours pour disparition inquiétante en homicide volontaire. "Nous avons malheureusement la conviction que (la disparue) est morte". Très proche de ses deux enfants, âgés de 7 et 9 ans, et passionnée par son travail, la mère de famille n'avait aucune raison de partir sans laisser de traces. Quelques jours avant sa disparition, l'une de ses filles avait accidentellement ingéré des anxiolytiques avec lesquels se soignait son père. Ce dernier avait alors mis en cause sa compagne. "Il est très probable qu'il ait voulu pré-constituer des preuves contre sa compagne dans le cadre de la séparation et de la future garde des enfants", a estimé le procureur. L'autopsie du corps devrait permettre de préciser les craintes du parquet.

Sur le même sujet

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.