Disparition de Lucas Tronche : un an après, la piste d'une "mauvaise rencontre"?

Disparition de Lucas Tronche : un an après, la piste d'une "mauvaise rencontre"?

FAITS DIVERS
DirectLCI
ENQUÊTE – Ce lycéen de 16 ans, très bon élève, a disparu le 18 mars 2015 dans le Gard. Depuis un an, ses proches se mobilisent pour tenter de le retrouver. Face à l’absence de preuve de vie, les enquêteurs sont dans l’impasse. Nathalie, la mère de Lucas, détaille à metronews les hypothèses pour expliquer la disparition de son fils.

Pas de corps ni de preuve de vie. Les policiers se trouvent toujours face à une multitude d’interrogations, un an après la disparition de Lucas Tronche. Cet adolescent de 16 ans n’a pas donné trace de vie depuis le 18 mars 2015 à 17h. Il devait prendre le bus pour se rendre à la piscine avec son frère. Tous deux en retard, Lucas a dit à son aîné de prendre de l’avance pendant qu’il fermait la maison familiale à Bagnols-sur-Cèze (Var). Avant de disparaître.

"Rien de neuf"

Ce brillant élève, scout et passionné d’animaux, a disparu sans emporter d’argent ou ses papiers. La région a été passée au peigne fin et le procureur de Nîmes a ouvert une information judiciaire pour "enlèvement" et "séquestration". Une enquête confiée aux policiers du SRPJ de Montpellier et de l’office central pour la répression de la violence aux personnes (OCRVP). "Nous n’avons rien de neuf très notable. Mais nous n’abandonnons pas", assure une source policière à metronews. Une dizaine d’enquêteurs se relaient tous les jours pour exploiter les nombreux renseignements recueillis après la diffusion de l’avis de recherche.

A LIRE AUSSI >> Lucas, 16 ans, disparu depuis deux semaines

Parmi les témoignages auxquels se raccrochent les parents de Lucas, figure celui d’un motard qui est certain d’avoir vu l’adolescent le jour de sa disparition. Il marchait à une heure plutôt tardive avec un sac à dos le long d’un chemin en direction d’une colline isolée. Sa description est précise et il donne aux policiers des détails qui ne figurent pas dans l’avis de recherche. Lucas, ce mordu de l’émission de survie "man VS wild", a-t-il voulu relever un défi, comme ses parents ont pu le penser au début ? "Trois jours, un mois peut-être, mais un an ! Non, on n’y croit plus", estime auprès de metronews Nathalie, la mère de l’adolescent.

Un départ volontaire?

La famille Tronche penche désormais plutôt vers le scénario d’une mauvaise rencontre. "Il a sans doute voulu faire une ballade plutôt que d’aller avec son frère à la piscine. la", détaille sa maman. Le scénario d’un accident de chasse maquillé ou de voiture n’est pas non plus exclu.

Les policiers explorent toutes les pistes. Y compris numériques. La juge d’instruction a lancé l’année dernière une commission rogatoire aux Etats-Unis afin de pouvoir accéder aux conversations que l’adolescent avait échangées sur Snapchat. Les messages de ce réseau social s’effacent après la lecture mais les serveurs conservent une trace. Selon nos informations, les résultats ont été transmis par les autorités américaines le mois dernier. Ils n’ont pas fait progresser l’enquête : Lucas n’avait passé aucun rendez-vous sur le réseau social.

"Il y a forcément quelqu'un qui l'a vu"

Ses camarades de classe, ses amis des scouts, ou ses partenaires du club de football… Tous ont été ou sont sur le point d’être entendus par les policiers. Ces derniers doivent aussi recouper les témoignages quotidiens qui arrivent jusqu’à eux. Comme c’est très souvent le cas dans des affaires de disparitions médiatisées, des personnes croient avoir vu Lucas un peu partout dans le sud de la France. "Il est important, si les témoins le peuvent, de prendre une photo. Ça permet de passer moins de temps à savoir si le témoignage est crédible ou pas", poursuit Nathalie Tronche.

"Il y a forcément quelqu’un qui l’a vu, qui sait où il est. Où même lui, s’il nous entend, nous voit, qu’il nous fasse un signe de vie. Même s’il ne revient pas", poursuit-elle. Ce week-end, au marathon de Montpellier, l’association Retrouvons-Lucas distribuera des chasubles floquées de l’avis de disparition. A Bagnols-sur-Cèze, ville d’origine de la famille de Lucas, 500 ballons seront lâchés dans les airs. Sur tout le territoire national, 32 villes se sont mobilisées pour organiser des rassemblements. Dans l’espoir d’obtenir, ne serait-ce qu’un petit témoignage qui puisse donner un coup de pouce à l’enquête.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter