Égratignures, lavage de voiture et ADN : comment l'étau s'est resserré autour du suspect de l'affaire Maëlys

FAITS DIVERS
ENQUÊTE - L'ADN de la fillette disparue a été retrouvé dans le véhicule de l'homme mis en examen dimanche. Lui nie toute implication dans son enlèvement, reconnaissant néanmoins que Maëlys est montée dans sa voiture au cours de la soirée où elle a disparu. Retour sur les éléments qui ont conduit à son incarcération.

Une semaine après la disparition de Maëlys au cours d’un mariage à Pont-de-Beauvoisin, l’enquête s'est accélérée dimanche. Un homme de 34 ans a été interpellé et mis en examen du chef d’"arrestation, enlèvement, séquestration ou détention arbitraire de mineur de 15 ans". Il avait déjà été placé en garde à vue cette semaine, avant d’être relâché vendredi soir, faute de charges suffisantes "en l’état". Des mots pesés de la part du procureur adjoint de Grenoble, Laurent Becuywe, qui laissaient entendre, en filigrane, que les enquêteurs n'en avaient pas fini avec lui.  La garde à vue avait en effet été levée avant l'expiration du délai légal de 48 heures, laissant la possibilité aux gendarmes de le réentendre. 


Les heures qui ont suivi sa remise en liberté ont donc été déterminantes, les juges d’instruction ayant pris connaissance des  résultats de la police technique et scientifique. "Un des scellés a matché", explique une source proche de l'enquête à LCI. Selon nos informations, une trace ADN de Maëlys a en effet été retrouvée dans le véhicule du suspect au niveau des instruments de commande du tableau de bord. 

Il reconnaît que l'enfant est entrée dans sa voiture

L'homme, ami du marié, avait assisté au vin d’honneur ainsi qu’à la soirée de mariage au cours de laquelle la fillette avait mystérieusement disparu. Ses premières déclarations, dans le cadre des auditions libres de tous les invités présents à la cérémonie, avaient retenu l’attention des enquêteurs. Placé ensuite en garde à vue jeudi matin, il avait fini par reconnaître s’être absenté de la soirée pour faire un aller-retour chez lui, à quelques kilomètres de là, afin de changer son short taché de vin. Il aurait jeté ledit vêtement qui n'a, selon nos informations, pas été retrouvé. L'homme avait également justifié ses égratignures au bras et au genou par du jardinage au milieu des framboisiers. Autre élément troublant, il avait lavé sa voiture au lendemain du mariage dans le but de la vendre. Un nettoyage qui n'avait pas permis à la police scientifique lors de ses premières analyses de relever un ADN. Mais de nouvelles expertises ont permis de mettre en lumière une trace. 


De nouveau interpellé et réentendu dimanche, il a reconnu pour la toute première fois que Maëlys était entrée un moment dans sa voiture au cours de la soirée, avec un autre enfant. Selon ses dires, ils voulaient voir s'il avait emmené ses chiens dans son coffre. Mais il nie fermement avoir enlevé Maëlys. Des explications qui n'ont pas convaincu les deux juges d'instruction qui dirigent l'enquête et ont ordonné dimanche soir son placement en détention après avoir été mis en examen. 

En vidéo

Affaire Maëlys : "C'est impossible que mon fils ait fait une chose pareille"

"Impossible qu'il ait fait une chose pareille !"

Interrogée par LCI ce lundi, la mère du suspect est persuadée de l'innocence de son fils. "Il est impossible qu'il ait fait une chose pareille", clame-t-elle, contestant la pertinence des analyses, une infime trace ADN. "Il a fait quelques bêtises dans sa jeunesse, reconnaît-elle. Mais ce n'est pas un voyou, c'est un gentil garçon, ce n'est pas quelqu'un d'agressif, vous pouvez demander aux voisins". Dans le village de Domessin, où vit l'homme avec ses parents, les voisins le voyaient souvent promener ses deux chiens. "On savait qu'il avait eu affaire avec la justice. Mais entre dealer un peu et enlever une enfant, il y a un monde", avait témoigné l'un d'entre eux. Sans activité, cet ancien dresseur canin, dont le profil Facebook met en lumière sa passion pour les chiens, la boxe thaïe et le MMA, avait été condamné par le passé pour de petites infractions de droit commun.

Dimanche, les plongeurs ont de nouveau sondé les plans d'eau de la région, sans résultats. Malgré les intenses recherches sur le terrain et l'avancée de l'enquête, Maëlys reste introuvable. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Disparition de Maëlys : le dénouement après 6 mois d'enquête

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter