Disparition de Maëlys : le parquet dément que le véhicule du suspect a été flashé le soir du mariage

ENQUÊTE - Le parquet de Grenoble a démenti "catégoriquement" samedi que le véhicule de l'homme suspecté d'avoir enlevé la petite Maëlys ait été "flashé par un radar automatique" le soir du mariage où la fillette a disparu il y a quatre semaines.

Le parquet de Grenoble a démenti "catégoriquement" ce samedi midi que la voiture de Nordahl L., le suspect numéro 1, a été flashée pour excès de vitesse la nuit de la disparition de Maëlys, contrairement à ce qu'affirmait le Dauphiné Libéré et qu'ont relayé plusieurs médias dont LCI.


Le procureur de la République à Grenoble, Jean-Yves Coquillat, rappelle dans un communiqué "que le mis en examen bénéficie de la présomption d'innocence" et précise qu'il ne communiquera dans cette affaire "que s'il existe des éléments nouveaux qui doivent être portés à la connaissance du public et que si cette communication n'est pas de nature à nuire aux investigations en cours".


Le journal affirmait que la photo avait été prise par un radar automatique à la sortie de Pont-de-Beauvoisin, où se déroulait le mariage au cours duquel la fillette a disparu, et qu'elle était actuellement en cours d'analyse.

Quelques scellés détruits dans l'incendie de la gendarmerie de Grenoble

Des scellés concernant cette enquête ont par ailleurs été détruits dans l’incendie qui a ravagé des locaux techniques dans la caserne de la gendarmerie de l’Isère à Grenoble dans la nuit de mercredi à jeudi. Un incendie criminel revendiqué sur un site anarchiste. Le parquet de Grenoble a néanmoins nuancé la perte de ces éléments. "Ces scellés étaient tout à fait secondaires et ne présentaient pas d'intérêt majeur, a-t-il ainsi expliqué. Dans ce genre d'enquête, on saisit à peu près tout. Les éléments du dossier Maëlys ne sont pas là, heureusement d'ailleurs, notamment le véhicule du mis en cause (...) Tous les scellés importants sont envoyés dans des labos."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Disparition de Maëlys : le dénouement après 6 mois d'enquête

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter