Disparition de Maëlys : les investigations élargies à deux autres soirées à proximité du lieu du mariage

FAIT DIVERS - La procureure de la République de Bourgoin-Jallieu a déclaré ce mardi que l'enquête était "élargie" en raison de la tenue de deux autres soirées qui se déroulaient au même moment à proximité de l'endroit où Maëlys, 9 ans, a disparu. Aucun autre élément majeur n'a filtré lors de sa conférence de presse "pour ne pas perturber le bon déroulement de l'enquête".

Il s'agit de la seule véritable annonce effectuée ce mardi par Dietlind Baudoin, la procureure de Bourgoin-Jallieu : le fait que les investigations, requalifiées lundi sous le chef d""enlèvement", ont été étendues à deux autres soirées qui se déroulaient à proximité de la soirée de mariage où Maëlys a disparu dans la nuit de samedi à dimanche. 


Les gendarmes  recensent ainsi actuellement toutes les personnes présentes dans le cadre d'une première soirée qui se déroulait dans une autre salle communale de Pont-de-Beauvoisin, à 350 mètres de la fête où la petite fille se trouvait. Ils s'intéressent aussi à une second rassemblement, qui se tenait dans un bar, à 500 mètres.  En clair, ce sont 70 individus supplémentaires qui vont être reçus par la police. "Ces investigations sont classiques" affirme la procureure. Toutes ces personnes seront entendues", assure-t-elle.


En attendant, sur les 180 invités du mariage, 140 ont déjà été entendus. Sur le terrain, les recherches ont  également repris ce mardi matin non loin du lieu de disparition de la petite fille. Sur place, la police scientifique s'est notamment attelée à relever d'éventuelles empreintes. 

Live

La conférence de la procureure est désormais terminée. Beaucoup d'éléments n'ont pas été abordés pour ne pas "perturber le bon déroulement de l'enquête". De même, la procureure n'a pas voulu évoquer la famille, appelant à respecter son intimité.

Ce matin, un invité du mariage a témoigné dans les colonnes du Parisien : pour lui, la piste de l'enlèvement ne fait aucun doute. Son témoignage ICI.

Pourquoi l'alerte enlèvement n'a-t-elle pas été déclenchée ? Vous êtes nombreux à nous avoir posé la question. Nous vous répondons ICI

La procureure n'est pas revenue sur la perquisition menée ce matin au domicile du gardien de la salle polyvalente, que nous vous avons raconté ICI

Le colonel Yves Marzin confirme que le chien n'a pas pisté Maëlys très loin de la salle des fêtes (sans préciser s'il s'agissait du parking). D'où la possibilité d'un départ en voiture. Mais encore une fois, il insiste qu'aucune piste n'est écartée.

La procureure insiste qu'aucune piste n'est écartée, même pas accidentelle, et que l'élargissement de l'enquête aux deux soirées fait partie des "investigations classiques".

Avec les deux autres soirées qui ont eu lieu à proximité, ce sont à peu près 250 personnes qui doivent être entendues, mais certaines sont difficiles à identifier voire à contacter

"Toutes les pistes (criminelle et accidentelle) sont envisagées" précise Dietlind Baudoin afin de retrouver l'enfant "au plus vite".

L'enquête est donc élargie afin de trouver la piste de Maëlys, disparue dans la nuit de samedi à dimanche dernier.

Seule véritable annonce de cette intervention du procureure : le fait que les investigations aient été étendues à deux autres soirées qui se déroulaient à proximité de la noce. Actuellement, les gendarmes sont donc en train de recenser toutes les personnes présentes dans le cadre d'une autre soirée dans une autre salle communale, située à 350 mètres de la fête du mariage. Mais aussi à une soirée qui se déroulait dans un bar, à 500 mètres de là. "Toutes ces personnes seront entendues", a assuré la procureure. En attendant, sur les 180 invités du mariage, 140 ont déjà été entendus. 

Compte tenu des nombreux moyens mis en oeuvre pour retrouver la fillette,"La piste criminelle n'est plus écartée" a-t-elle poursuivie, rappelant que l'enquête est ouverte depuis lundi pour enlèvement, comme nous vous l'avons expliqué ICI

La procureure a démarré son intervention par un précis rappel des faits (consultable ICI) : " Maëlys a été vue pour la dernière fois vers trois heure du matin" a-t-elle ainsi rappelé. Les gendarmes, eux, ont été alertés une heure après par les parents. A partir de 4h du matin, elle était donc mobilisée.  Dès dimanche, une centaine de gendarmes étaient mobilisée, ainsi que des sapeurs pompiers. "La mobilisation a été forte dès le départ", a insisté la procureure. 

Bonjour, bienvenue dans ce direct. Quelles sont les dernières investigations à la suite de la disparition de la petite Maëlys où  la qualification d'enlèvement  est privilégiée par les enquêteurs ? C'est ce que doit préciser la procureure de la République de Bourgoin lors d'un point presse prévu ce mardi  29 août à partir de 14h30.

Perquisition

Selon RTL et France Bleu, le domicile du gardien de la salle des fêtes a aussi été perquisitionné. Sa voiture a été passée au crible par l'identité judiciaire, précise la radio. Pour l'heure, le résultat de ces fouilles n'est pas connu. Mais la prudence reste de mise : ces investigations, indiquent plusieurs sources à LCI, font partie de la suite logique de l'enquête. 


D'ailleurs, comme le précise France Bleu Isère, le gardien des lieux, un homme âgé d'une cinquantaine d'années, n'a pas été placé en garde à vue et reste donc libre de ses mouvements. Selon l'un de ses amis, il serait très choqué d'être dans le collimateur des enquêteurs. La procureure n'a fait aucun commentaire sur cette perquisition.

Important dispositif

Depuis la disparition de la fillette,  un important dispositif a été déployé. Sur  terre, d'abord, une centaine de gendarmes ont ratissé la zone depuis ce dimanche, comme  la rivière à proximité ainsi que les grottes alentours. Par voie aérienne ensuite, un hélicoptère ayant même été affrêté à la hâte, dans le village de Mignovillard (Jura), où réside Maëlys afin d'aller chercher un de ses vêtements afin que les chiens de la gendarmerie puissent retrouver sa trace.  Le colonel Yves Marzin confirme que le chien n'a pas pisté Maëlys très loin de la salle des fêtes (sans préciser s'il s'agissait du parking). D'où la possibilité d'un départ en voiture. Mais encore une fois, il insiste qu'aucune piste n'est écartée.

La conférence de la procureure s'est achevée sans que de nombreux éléments ne soient abordés pour ne pas "perturber le bon déroulement de l'enquête". En outre,   Dietlind Baudoin n'a pas voulu évoquer la famille, appelant à "respecter son intimité". 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Disparition de Maëlys : le dénouement après 6 mois d'enquête

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter