Disparus d’Orvault : les dernières zones d’ombre de l’affaire Troadec

Disparus d’Orvault : les dernières zones d’ombre de l’affaire Troadec
FAITS DIVERS

Toute L'info sur

Affaire Troadec

FAIT DIVERS – L’affaire Orvault n’a pas tout à fait trouvé son épilogue avec les mise en examen d’Hubert Caouissin et de Lydie Troadec, respectivement auteur et complice présumés de l'assassinat des quatre membres de la famille Troadec. Quatre questions doivent encore trouver leurs réponses.

"Il y a un gros travail de précision et de clarification qui va être conduit par les deux juges d'instruction en charge de ce dossier. Le récit des événements, les différentes séquences factuelles qui sont évoquées dans les procès-verbaux, doivent être précisés. Des auditions complémentaires vont intervenir à partir d'aujourd'hui", prévenait, dès lundi, Pierre Sennès, procureur de Nantes. Avant d’annoncer les mises en examen d’Hubert Caouissin, pour assassinat et atteinte à l’intégrité d’un cadavre, et de sa compagne, Lydie Troadec, pour recel de cadavre et modification de l’état des lieux d’un crime. On le sait désormais : Hubert Caouissin a avoué les meurtres de Pascal Traodec, de sa femme Brigitte, et de leurs deux enfants, Sébastien et Charlotte. Mais des zones d'ombre demeurent.

L’héritage des Troadec existe-t-il vraiment ?

C’est une histoire de succession qui a généré des tensions entre Pascal Troadec et sa sœur Lydie. En parallèle, cet héritage que son ex-beau-frère n’aurait pas voulu partager était devenu l’obsession d’Hubert Caouissin, au point d’entrer par effraction dans le pavillon d’Orvault le 16 février au soir, puis de commettre l’irréparable. Toutefois, l’existence de ce pactole n’a jamais été avérée.

"Lors d’une série de travaux dans un appartement qui appartenait au père de Lydie et Pascal, il paraît qu’on aurait trouvé des lingots d’or dans les murs. Mais, de ce que je sais, personne n’a rien récupéré du tout depuis la mort du père de Pascal, il y a environ six ans. C’est une légende familiale", a raconté au Parisien… la mère d’Hubert Caouissin. Lequel, a expliqué son geste aux enquêteurs en évoquant  un "soupçon" de "disparition de pièces d'or", dixit le procureur de Nantes. Et pourtant, a ajouté Pierre Sennès, "le conflit familial autour de l'hypothèse de disparition de pièces d'or remonte à plusieurs années. Régulièrement, à chaque réunion de famille, il y avait des altercations vives autour de ce problème"…

Voir aussi

Quel rôle a exactement joué Lydie Troadec ?

Elle a, jusqu’ici, nié toute implication dans les assassinats. Ce qui n’a pas empêché sa mise en examen. "À ce stade, elle n'intervient que dans une phase postérieure à l’acte criminel", aidant à "nettoyer la voiture", a prudemment indiqué le procureur de Nantes au sujet de la sœur de Pascal Troadec. Avant, tout de même, de préciser que de nouvelles auditions seraient menées pour en savoir plus la concernant. 

C'est que le couple vivait reclus depuis plusieurs mois dans une ferme reculée du Finistère. Il s’agit de son héritage à elle et les enquêteurs se demandent dans quelle mesure elle a pu être à l’origine du drame, ou au moins du départ de son compagnon à Orvault le 16 février. Cette question se conjugue à celle de la préméditation des meurtres. "Nous considérons que la démarche d'espionner une famille, de rester autour de la maison puis d'y entrer, autorise à poser la question de la préméditation, a affirmé le procureur. Nous verrons si l'instruction confirme ou non."

Voir aussi

Pourquoi le sang de Charlotte Troadec n’a-t-il pas été retrouvé dans la maison ?

Cette interrogation avait semé le trouble dans les jours qui avaient suivi la révélation de l’affaire. Et après les aveux du meurtrier, une thèse a circulé, selon laquelle la fille des Troadec avait été embarquée vivante dans la voiture du fils, dans le coffre pour certains, sur la banquette arrière pour d’autres, avant d’être agressée sexuellement. Ce n’est que pure spéculation, à en croire le procureur qui, là-dessus, a répondu que "Hubert Caouissin a passé quasiment deux jours à nettoyer la maison avec des produits d’entretien" et qu’il a expliqué avoir "placé le haut du corps de Charlotte dans un sac poubelle en plastique". Toutefois, il ne s’agit que de la version du suspect. Vendredi 3 mars, le procureur n’excluait ainsi pas "que certaines victimes soient encore en vie".

Où sont les restes des corps de la famille ?

Ce mardi, Le Parisien, qui affirme avoir consulté les déclarations d’Hubert Caouissin dans les procès-verbaux, révélait que "les parents et leurs enfants ont été éviscérés et démembrés à l’aide de tenailles à métaux et d’une hache. Hubert Caouissin a ensuite brûlé les morceaux de corps méthodiquement. Certaines parties, plus difficiles à faire disparaître, auraient été enterrées ou jetées dans des bois voisins. Les os des victimes auraient été broyés puis éparpillés dans la basse-cour". Une recherche intensive autour de la ferme s’est poursuivie ce mardi. Les enquêteurs auraient déjà procédé à des prélèvements de cendres dans les différents foyers de la ferme. En vain, pour l’heure.

Voir aussi

En vidéo

Affaire Troadec : l'intégralité de la conférence de presse du procureur de Nantes

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent