Disparus d’Orvault : quel rôle a exactement joué Lydie Troadec, la compagne d'Hubert Caouissin ?

Disparus d’Orvault : quel rôle a exactement joué Lydie Troadec, la compagne d'Hubert Caouissin ?
FAITS DIVERS

Toute L'info sur

Affaire Troadec

FAIT DIVERS - Mise en examen pour "modification de l'état des lieux d'un crime" et "recel de cadavre", Lydie Troadec pourrait être plus impliquée que cela dans le meurtre de son frère, de sa belle-sœur et de leurs deux enfants. Les enquêteurs cherchent à en savoir plus.

Lydie Troadec est un fantôme. Sur la boîte aux lettres devant la ferme de Pont-de-Buis-lès-Quimerch, où elle résidait avec son compagnon Hubert Caouissin, il n’y avait qu’un nom d’écrit, le sien, que l’on peut encore distinguer malgré les efforts entrepris pour l’effacer. Depuis que l’affaire Troadec a éclaté, avec la révélation du meurtre de son frère aîné Pascal, de sa belle-sœur Brigitte, et de ses neveux Sébastien et Charlotte, personne n’a vu son visage. Elle hante les investigations depuis qu’Hubert Caouissin a affirmé aux enquêteurs avoir commis seul le quadruple assassinat, sans que son rôle exact à elle n’ait pu être établi. "À ce stade, elle n'intervient que dans une phase postérieure à l’acte criminel, en aidant à nettoyer la voiture", avait résumé le procureur de Nantes lundi, avant d’annoncer sa mise en examen pour "modification de l'état des lieux d'un crime" et "recel de cadavre".

Voir aussi

"De nouvelles auditions seront menées pour en savoir plus", avait cependant indiqué le procureur. Manière de souligner les soupçons des enquêteurs la concernant. Face à eux, Lydie Troadec, mutique, a nié toute implication, jusqu’à sa complicité présumée. 

Selon Le Parisien, c’est son compagnon qui, en marge de ses aveux, a raconté qu’il ne lui avait avoué son geste que le lendemain matin, le 17 février, une fois revenu dans la ferme où les corps seront démembrés, brûlés en partie et disséminés dans la zone marécageuse de leur jardin. Elle l’aurait ensuite accompagné jusqu’au domicile de son frère, mais ne l’aurait pas aidé à effacer les traces de sang, restant dans la voiture, et communiquant alors avec Hubert Caouissin par talkies-walkies. Une version commode : il est justement impossible, avec ces appareils, de retrouver la moindre trace des conversations. 

Voir aussi

Pour le reste, son implication présumée se limiterait à avoir déposé la 308 de son neveu, Sébastien, à Saint-Nazaire, avec son compagnon (toujours selon celui-ci), avant de la nettoyer. Rien n’a filtré, en revanche, sur sa contribution, ou non, au démembrement des corps et à la dissimulation des fragments humains dans la ferme. Une certitude : le couple y vivait reclus, sans aucun contact avec le monde extérieur, depuis au moins quautre ans. Leur enfant de huit ans a été déscolarisé il y a plusieurs années, aucune ligne téléphonique n’a été installée. "Ils avaient mis des branches d'arbre en travers du chemin communal pour éviter qu'on aille jusqu'à chez eux", a précisé à L’Obs Roger Mellouët, le maire de la localité. "Manifestement, ils ne s’étaient pas installés ici par hasard", a jugé une source policière proche de l’enquête dans Le Télégramme.

Lire aussi

Avant, le couple vivait à Plouguerneau, à quelque 60 km de là. Hasard ou coïncidence : les traces d’Hubert Caouissin dans les archives (une médaille pour avoir donné son sang en 1998, des participations à des courses organisées par une association locale en 2004 à 2005) et sur internet disparaissent précisément au moment où il rencontre Lydie Troadec, en 2006, via un site de rencontres. 

Les voisins qui les côtoient à cette période les décrivent à France Info comme "plutôt avenants". Deux évènements les feront basculer dans l’isolement. D’abord le conflit familial avec Pascal Troadec au sujet des pièces d’or qu’il aurait "spoliées" à sa sœur. Ensuite le cancer du sein de Lydie, déclaré en 2010, au moment de la naissance de leur enfant, qui la laissera handicapée d'un bras, et la contraindra à mettre fin à son activité de secrétaire médicale.

Lire aussi

C’est à cette période que le couple se renferme, laisse les mauvaises herbes envahir son jardin et fait en sorte de ne plus échanger avec personne dans le voisinage, Hubert Caouissin allant jusqu’à afficher une attitude hostile. Et encore, c’était avant qu’il sombre dans une dépression, en 2013, arrête de travailler pendant trois ans et reste, comme Lydie Troadec, cloitré à son domicile… Ensemble, ils migreront dans la ferme de Pont-de-Buis, encaissée dans un vallon boisé et marécageux. 

Quel rôle moral a joué la compagne dans la démarche d’Hubert Caouissin de se rendre à Orvault, le 16 février au soir ? Il s’agit, après tout, de son héritage -supposé - à elle… Cette question se conjugue à celle de la préméditation des meurtres. "Nous considérons que la démarche d'espionner une famille, de rester autour de la maison puis d'y entrer, autorise à poser la question de la préméditation, avait dit le procureur. Nous verrons si l'instruction confirme ou non." Il faudra des preuves concrètes.

En vidéo

Affaire Troadec : le massacre d'Orvault — Une famille très discrète

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent