Dordogne : condamné à de la prison avec sursis pour avoir donné des fessées au bébé de sa compagne

Dordogne : condamné à de la prison avec sursis pour avoir donné des fessées au bébé de sa compagne

FAITS DIVERS
DirectLCI
CHATIMENT - Un jeune homme de 23 ans a été condamné mercredi 5 avril par le tribunal correctionnel de Périgueux à 6 mois de prison avec sursis pour avoir administré, à plusieurs reprises, des fessées au bébé de sa compagne.

Encore une histoire qui pourrait bien relancer le débat sur la fessée en France. Comme le révèle France Bleu Périgord, un jeune couple a été condamné mercredi 5 avril par le tribunal correctionnel de Périgueux à des peines de prison avec sursis pour avoir donné à plusieurs réprises des fessées à un bébé âgé de 18 mois.


Selon la radio locale, tout commence à la crèche de Périgueux où le bébé est accueilli. Les jeunes femmes qui s'en occupent, découvrent régulièrement entre janvier et novembre 2016 des hématomes sur les fesses du petit garçon. Inquiètes, elles questionnent dans un premier temps la maman, âgée de 20 ans à l'époque des faits, qui répond que son fils a dû faire une chute.


Pas convaincues, elles alertent alors le conseil départemental, puis le procureur de la République. En novembre, ce dernier décide de faire placer l'enfant et de mettre la mère et le beau-père en garde à vue, poursuit France Bleu Périgord. Très vite, la mère avoue :  son compagnon met régulièrement à son fils des fessées "pédagogiques". 

Comme le raconte France Bleu Périgord, la jeune femme aurait expliqué aux juges qu'elle ne se rendait pas compte de la gravité des gestes, révélant que pour en savoir plus sur l'éducation à donner à son enfant, elle regardait "Super Nanny" à la télévision.


De son côté, le beau-père, âgé de 23 ans, désormais séparé de la mère du petit garçon, a décidé de nier les faits. Il a malgré tout été condamné à 6 mois de prison avec sursis, avec deux ans de mise à l’épreuve et une obligation de se soigner. La jeune mère, a écopé, elle, de deux mois de prison avec sursis.

En vidéo

Condamner la fessée : la France dans le flou

Que dit la loi ? La fessée, selon sa qualification pénale, peut coûter une simple amende ou aller jusqu'à de la prison. L'article 222-13 du code pénal, relatif aux personnes vulnérables, précise que "les violences (…) sont punies de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende sur un mineur de quinze ans".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter