Dordogne : deux chevaux égorgés dans leur enclos

Dordogne : deux chevaux égorgés dans leur enclos

DirectLCI
FAITS DIVERS - Une femme a retrouvé ses deux chevaux morts dans leur enclos ce week-end en Dordogne. Visiblement appâtés avec de la nourriture, ils auraient reçu des tirs d'arme à feu avant d’être égorgés.

La propriétaire pensait à une attaque d’un animal sauvage, mais l’enquête se dirige à présent vers un acte criminel. Samedi soir, cette jeune femme de 25 ans habitant à Saint-Martial-de-Nabirat, en Dordogne, se dirige vers l’enclos de ses deux chevaux afin de leur donner à manger comme à l’accoutumée. Arrivée devant eux, le choc. Ses chevaux gisent au sol, la gorge tranchée. "Quand j'ai vu ça, j'ai été horrifiée, je ne comprenais pas. Par réflexe, je me suis d'abord dit qu'une bête les avait chopés", confie Sousan Ghabi à Sud-Ouest.  

Les bêtes ont été criblées de balles

A l'arrivée du vétérinaire, la jeune femme en apprend un peu plus sur le mode opératoire. "Il y avait du grain à côté d'un cheval, un grain différent du mien. Ils l’ont sans doute appâté avec, puis lui ont tiré une balle dans la tête, à bout portant", a-t-elle expliqué à Sud-Ouest. Quant à la jument, a priori tuée en second et qui a dû résister d'avantage, elle a reçu plusieurs balles, notamment au poumon, à l'épaule et au cœur. Pour les achever, leur gorge a été tranchée. Le vétérinaire a ajouté que l'acte avait été réalisé avec précision, très proprement, comme s'il s'agissait d'un professionnel.

Pour l'heure, l'enquête s'oriente vers un conflit de voisinage. "Je suspecte certains, du village et de Sarlat, qui peuvent m'en vouloir parce qu'avec ma mère, nous avons hérité de propriétés qui font l'objet de convoitises. En tout cas, ils ont voulu me faire peur et me faire du mal", a conclu Sousan qui a porté plainte contre X.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter