Un policier tue 3 personnes à Sarcelles : "On est tous sous le choc", témoigne François Pupponi, l'ancien maire de la ville

DirectLCI
RÉACTION - Samedi soir, aux alentours de 20h45, un policier a tué trois personnes et en a blessé trois autres à Sarcelles, dans le Val d'Oise, avant de retourner l'arme contre lui. Parmi les victimes figurent deux voisins qui passaient là par hasard. La ville est sous le choc, à l'instar de l'ancien maire de la ville, François Pupponi.

Samedi soir, un drame s'est produit dans la ville de Sarcelles, dans le Val d'Oise, un policier usant de son arme de service pour tuer trois personnes et en blesser trois autres, avant de retourner l'arme contre lui. Il s'agirait selon les premiers éléments de l'enquête d'un drame familial, le beau-père du tireur étant décédé et la belle-soeur, la belle-mère et la compagne de ce dernier ayant été blessées. 


Ce dimanche, le député PS du Val d'Oise et ancien maire de Sarcelles François Pupponi a donné quelques éléments de réponse sur le drame, au micro de LCI : "A priori, l’individu, pour des raisons passionnelles, est venu tuer ou tenter de tuer son ex-compagne et la famille de celle-ci et deux voisins, qui passaient par là, par hasard. C'est l’horreur terrible d’un homme qui a basculé dans la folie meurtrière et qui ensuite s’est suicidé devant le pavillon de la victime." "Ce que nous disent les médecins, c’est qu’ils sont en urgence absolue, dans des situations extrêmement difficiles" a-t-il ajouté concernant les personnes blessées.

Il s’agit de deux familles que je connais bien, qui sont dans l’incompréhension la plus totale.François Pupponi, député PS du Val d'Oise.

Pour le député PS, l'émotion est d'autant plus forte qu'il connaissait les deux passants tués sur la voie publique : "Oui, je les connaissais, tout d’abord car j’ai été maire de cette ville pendant 20 ans, et parce que j’ai vécu dans cette rue, donc le hasard faisait qu’on se croisait régulièrement les uns et les autres. Il s’agit de deux familles que je connais bien, qui sont dans l’incompréhension la plus totale. Un jeune de 20 ans est mort devant chez sa mère, il était dans la rue, il rentrait chez sa mère et il a été tué. Une autre personne allait fêter son anniversaire avec ses enfants et était sortie acheter des cigarettes." 


Très marqué, François Pupponi a qualifié ce drame d'"horreur absolue" et espère que l'avancée de l'enquête donnera plus de détails sur les motivations du tireur : "L’enquête nous dira dans quelles circonstances tout cela s’est passé. On est tous sous le choc."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter