Dunkerque : une nouvelle "Mamie loto" condamnée en justice

Dunkerque : une nouvelle "Mamie loto" condamnée en justice

JEUX - Après Yvette Bert, une deuxième "Mamie loto" a été condamnée lundi par le tribunal correctionnel de Dunkerque à dix mois de prison avec sursis et 45.000 euros d'amende. Elle organisait à Wormhout (Nord) des loteries clandestines.

"Mamie loto" n’a pas tiré le numéro chance ce lundi, devant le tribunal correctionnel de Dunkerque. Celui-ci a en effet condamné Josiane Deprey, une retraitée de 64 ans, à dix mois de prison avec sursis et 45.000 euros d'amende. En cause : des loteries clandestines, avec des cartes cadeaux à la clé.

"Mamie loto" a en effet sévi entre 2010 et 2014 au café l’Hofland, situé à Wormhout (Nord). C’est là ou se sont déroulées des dizaines de loteries, pour un chiffre d'affaire estimé à 270.000 euros. Problème : ces soirées ce sont tenues sans jamais avoir été déclarées au fisc, ce qui était devenu de fait pour le tribunal une maison de jeu. Josiane Deprey ne tenait ainsi aucune comptabilité et payait la location de la salle en liquide, la mettant "dans l'incapacité de prouver qu'elle n'a pas profité de la chose (...), l'administration fiscale ayant fait une estimation qui à mon avis était bien au-dessus de ce qui était, et les juges ont tendance à s'y raccrocher", a estimé l'avocat de la prévenue, Me Antoine Vandichel.

EN SAVOIR + >> Trop de lotos : prison avec sursis pour "mamie Yvette"

"C'est simple, je vais contourner la chose"

En 2008, Josiane Deprey avait déjà été condamnée pour des faits similaires. Le fisc lui avait alors reproché de payer les prix en argent liquide au lieu d'offrir des lots concrets comme des vélos ou du matériel, selon Me Vandichel. "Du coup elle s'est dit : c'est simple, je vais contourner la chose en offrant des cartes Auchan qui ne sont pas échangeables contre du liquide", raconte l'avocat, pour qui la totalité des sommes gagnées par sa cliente étaient réinvesties dans l'organisation des loteries ou versées à une association d'animation de la vie rurale locale. "Si elle avait acheté une grosse voiture, si elle avait un appartement à son nom... non, elle est hébergée gratuitement par sa fille", détient un compte avec moins de 1.000 euros dessus et une auto vieille de près de 10 ans, souligne l'avocat.

L'affaire rappelle le cas d'Yvette Bert, dite "Mamie loto", une retraitée de 77 ans qui avait été condamnée en novembre à six mois de prison avec sursis et plus de 100.000 euros d'amende pour avoir organisé environ 160 loteries prohibées entre janvier 2009 et mai 2013 dans une salle à Saint-Omer (Pas-de-Calais).

EN SAVOIR + 
>> Loto : quelles sont les règles ?  
>>
Avant de mourir, "Mamie Loto" avait écrit une lettre à La Voix du Nord

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : une troisième personne décédée

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 61.000 nouveaux cas en 24 heures, "record" de cette 5e vague

Faut-il se refaire intégralement vacciner si on est en retard pour sa 3e dose ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Présidentielle 2022 : Montebourg prêt à offrir sa "candidature à un projet commun et à un candidat commun"

VIDÉO - "Plus jamais ça" : l'alerte des parents de l'ado électrocutée par son téléphone en prenant un bain

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.