Elle apporte le mauvais pâté à table, il menace de la "saigner"

Elle apporte le mauvais pâté à table, il menace de la "saigner"

FAITS DIVERS
DirectLCI
COLÈRE - A Toulouse, un homme de 59 ans a sérieusement menacé son ex-compagne pour lui avoir servi le mauvais pâté. Un coup de sang qui va lui valoir de la prison.

Il ne rigole pas du tout avec les bonnes manières. Le 1er juillet dernier, une femme a été très violemment menacée par son ex-compagnon dans la région de Toulouse. La raison ? Elle s'était trompée de pâtée, raconte La Dépêche du Midi .

Il ne s'agit pas là d'une affaire de goût mais probablement de politesse. L'homme de 59 ans, qui était invité à déjeuner, avait en effet rapporté son propre pâté, et n'a visiblement pas supporté de voir son ex-compagne lui en servir un autre. Son goût des bonnes manières s'arrête en revanche ici, puisque l'homme a ensuite tout détruit sur son passage. Meubles, micro-ondes, lampes et même les bas de contention, rien n'a résisté à sa fureur. Il a tout "mis à sac", décrivait vendredi le président Leroux à l'audience des comparutions immédiates.

Des centaines de SMS envoyés les jours qui ont suivi

Le mobilier n'a pas été la seule victime de ce coup de sang. Se saisissant d'un couteau, l'homme a ensuite menacé son ex-compagne, "Tu vas voir, je vais te saigner, je n'ai pas peur de retourner en prison", raconte le quotidien régional. Fort heureusement, la victime a pu sortir de l'appartement, situé au rez-de-chaussée, le gardien de l'immeuble se chargeant de mettre dehors l'homme en colère, qui a fini par quitter les lieux.

Visiblement pas remis, l'homme a envoyé une centaine de SMS à son ex-compagne dans les jours qui ont suivi, bien qu'il jure ne jamais l'avoir menacée. "Saigner, c'est pas dans mon vocabulaire, a-t-il expliqué, j'ai pété un câble, j'étais seul, j'étais pas bien."

Malgré ces explications, cela ne sent pas très bon pour cet homme déjà condamné à de nombreuses reprises pour violence, notamment en 2005, où il avait écopé de dix ans de réclusion criminelle pour des violences ayant entraîné la mort. Placé en détention, il a été condamné à neuf mois de prison, dont six avec sursis, et mise à l'épreuve.

À LIRE AUSSI
>> 
Russie : une retraitée accusée d’avoir empoisonné et démembré son amie
>>
Dordogne : un enfant meurt noyé dans une piscine municipale

Sur le même sujet

Lire et commenter