REVIVEZ - Disparition de la famille Troadec : "On peut supposer que des personnes sont décédées dans la maison", déclare le procureur

FAITS DIVERS
ENQUÊTE - Deux semaines après l'annonce de la disparition de la famille Troadec, le 16 février, le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennes, a donné sa première conférence de presse. S'il confirme les premières informations sur les avancées de l'enquête, il n'exclut ni "un drame familial" ni "l'intervention d'un tiers".

"C'est une affaire hors norme", selon le procureur de la République de Nantes, en charge de l'enquête sur la disparition des quatre membres de la famille Troadec, qui n'ont plus donné signe de vie depuis le 16 février. Lors de sa première conférence de presse après le début de l'affaire, il a confirmé la disparition de la famille, ainsi que la découverte du sang de trois de ses membres dans leur domicile familial d'Orvault, près de Nantes, et de plusieurs biens leur appartenant, éparpillés dans plusieurs endroits de l'ouest de la France.

"On peut supposer que des personnes sont décédées dans la maison", a notamment déclaré le procureu, qui assure néanmoins que toutes les hypothèses restent ouvertes. Il est également revenu sur la découverte de la voiture de Sébastien Troadec, le fils, à Saint-Nazaire, à 60 kilomètres du domicile familial. Alors que la présence de traces de sang avait d'abord été évoquée par des sources proches de l'enquête, le procureur a tenu mettre au conditionnel cette information, en déclarant qu'un "examen visuel du véhicule" ne permettait pas "d'établir avec une certitude absolue la présence de sang dans la voiture".

En vidéo

Disparus d'Orvault : la voiture du fils retrouvée, les enquêteurs multiplient leurs efforts

En vidéo

Affaire Troadec : de nouveaux indices

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Affaire Troadec

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter