Fusillade dans un journal américain : le tireur "voulait tuer autant de personnes que possible"

DirectLCI
MARYLAND - Une fusillade a éclaté jeudi soir à Annapolis, dans le Maryland, dans les locaux du journal "Capital Gazette". Cinq personnes ont été tuées et deux autres grièvement blessées. Le suspect arrêté, Jarrod Ramos, avait été en conflit avec le journal.
Live

DÉTAILS


Le tireur a tenté de se cacher sous un bureau après avoir abattu 5 journalistes et en avoir blessé plusieurs autres, indiquent des documents judiciaires dévoilés par l'agence AP. Avant que la police n'arrive et ne l'appréhende.

PRÉMONITOIRE


Dans un tweet, il jugeait qu'il serait "sympa" que deux journalistes "arrêtent de respirer"

Le suspect de la fusillade du Capital Gazette avait harcelé des journalistes pendant des années

Le suspect de la fusillade du Capital Gazette avait harcelé des journalistes pendant des années

TRUMP


Lui qui est loin d'être toujours tendre avec les journalistes, Donald Trump a dénoncé vendredi l'"horrible" fusillade qui a ciblé la rédaction du Capital Gazette : "Les journalistes, comme tous les Américains, devraient pouvoir exercer leur métier sans la peur d'être victimes de violentes attaques".

FUSIL À POMPE


Il voulait "tuer autant de personnes que possible". Au cours d'une conférence de presse, le chef de la police du comté d'Anne Arundel, Timothy Altomare, indique que le tueur a tiré avec un fusil à pompe acheté en toute légalité, un an environ avant les faits. 

TRUMP


Le Président des Etats-Unis a rendu hommage aux victimes

HOMMAGE


Le "Capital Gazette", victime de l'attaque, dévoile sa couverture-hommage sur Twitter

IDENTITÉ


Arrêté vivant par la police après la fusillade, le suspect qui a tiré dans les locaux du "Capital Gazette" à Annapolis n’avait pas de papiers d’identité ni d’empreintes digitales exploitables. Les enquêteurs auraient tout de même réussi à l’identifier.

Fusillade à Annapolis : "préparé à tirer", empreintes digitales mutilées, ce que l’on sait du suspect

Fusillade à Annapolis : "préparé à tirer", empreintes digitales mutilées, ce que l’on sait du suspect

VICTIMES


La police a révélé le nom des 5 victimes de la fusillade. Il s'agit de Robert Hiaasen, Wendi Winters, Rebecca Smith, Gerald Fischman et John McNamara.

EXPLICATION ?


Un article du Capital Gazette, posté sur son site internet le 22 septembre 2015 et consulté  par l'AFP, mentionne une décision favorable au quotidien dans le cas de poursuites en diffamation lancées en 2011 par Jarrod Ramos, résidant à Laurel (Maryland) "à la suite d'un article sur un plaider-coupable (de Ramos) pour harcèlement". Elle a été confirmée en appel.

IDENTIFICATION


Selon plusieurs médias américains, l'auteur de la fusillade se nomme Jarrod Ramos, un habitant du Maryland de 38 ans.

RÉACTION


Le Premier ministre du Canada a lui aussi réagi à l'attaque qui a frappé son voisin américain. "Les journalistes racontent les histoires de nos communautés, protègent notre démocratie et mettent souvent leur vie en danger dans l'exercice de leurs fonctions. L'attaque d'aujourd'hui à Annapolis est bouleversante. Nous sommes de tout cœur avec les victimes et leur famille." ,a-t-il tweeté.

RÉACTION


L'Organisation de défense des journalistes Reporters sans frontières (RSF) s'est dite "profondément choquée" par la fusillade. "C’est une nouvelle tragédie pour le journalisme, victime d’une violence accrue contre les journalistes y compris dans les démocraties".

LE JOURNAL VISÉ


La fusillade était une "attaque ciblée contre le Capital Gazette", a déclaré Bill Krampf, responsable de la police locale.

MENACES


Selon la police, le journal Capital Gazette avait reçu des menaces sur les réseaux sociaux.

RÉACTION


La porte-parole de Donald Trump Sarah Sanders "condamne fermement un acte diabolique d'une violence insensée à Annapolis". "Une attaque violente contre des journalistes innocents faisant leur travail est une attaque contre tous les Américains"

IDENTIFICATION


Pour empêcher d'être identifié rapidement, le suspect se serait mutilé les doigts afin de masquer ses empreintes digitales, indiquent plusieurs médias américains dont l'agence Associated Press.

SÉCURITÉ


Un porte-parole de la police new-yorkaise a indiqué que des agents ont été déployés par précaution dans les principaux médias de la ville.

SOLIDARITÉ


Une cagnotte a rapidement été mise en ligne par des journalistes américains afin de collecter des fonds pour les victimes de l'attaque.

PROFIL 


La police a communiqué de premières informations sur le suspect arrêté. Il s'agit d'un homme, blanc, qui aurait utilisé un fusil, et qui pour l'heure ne se montre pas coopératif avec les enquêteurs.

Les armes continuent de faire des ravages aux Etats-Unis. La fusillade d'Annapolis est la 154e depuis le début de l'année dans le pays. Seulement 19 états sur les 51 que comptent le pays n'ont pas connu de tuerie de masse en 2018...

SITUATION


Les autorités sont en nombre devant le bâtiment. La police locale a reçu le soutien de la police fédérale.

Les représentants de la police du comté d'Anne Arundel ont expliqué être intervenus 60 secondes après avoir reçu l'appel signalant la fusillade.

DONALD TRUMP


Le président des Etats-Unis a twitté à propos de la fusillade dans le Maryland : "Avant mon départ pour le Wisconsin, j'ai été briefé sur la fusillade au Capital Gazette à Annapolis, Maryland. Mes pensées et prières vont aux victimes et à leur famille. Merci aux autorités qui sont intervenues et qui sont toujours sur place"

Le bâtiment dans lequel se trouve la rédaction du Capital Gazette compte d'autres compagnies et bureaux, dont un cabinet médical. La police n'a pas précisé si le journal, décrit comme une "zone de guerre" par l'un des témoins, était le seul lieu concerné par la fusillade.

SUSPECT


Les autorités n'ont pas voulu donner de précision sur le tireur arrêté. Selon CBS News, le tireur serait un homme blanc d'une vingtaine d'années qui refuserait de décliner son identité et n'aurait aucun papier sur lui. Il aurait causé la mort d'au moins cinq personnes, selon la chaîne américaine. Certains blessés seraient dans un état grave.

NEW YORK


Après cette fusillade qui a visé la rédaction d'un journal, la police new-yorkaise mobilise des troupes pour protéger les locaux des nombreux  médias présents dans la ville.

La police ne veut confirmer quel type d'arme a été utilisé ni confirmé le lieu de la fusillade, même si de nombreux journalistes du Capital Gazette ont expliqué que cela s'était déroulé dans leur rédaction. 

PLUSIEURS MORTS 


La police locale fait un nouveau point presse sur les lieux du drame, voici donc les informations confirmées pour l'instant : 


- La fusillade a fait 5 morts.

- Deux autres personnes, "peut-être trois", sont "blessées moins gravement" ont précisé les autorités.

- Le suspect, un homme, blanc, est actuellement retenu par la police et questionné par les enquêteurs. Selon la presse américaine, il s'agirait de Jarrod Ramos, 38 ans.

- Pour masquer son identité, le suspect s'est mutilé les doigts, rendant ses empreintes digitales illisibles.

- La fusillade était une "attaque ciblée" contre le journal..

Interrogé par le Baltimore Sun, Phil Davis, journaliste police-justice pour le Capital Gazette, a indiqué que le tireur avait été encerclé par la police avant d'être arrêté.

La police ne veut pas confirmer s'il y a des personnes décédées ou non, mais a seulement indiqué qu'il y avait de nombreux blessés.  Un porte-parole de la ville a confirmé que le tireur a été arrêté.

Le lieutenant Frashure de la police locale indique que le bâtiment est toujours en cours de sécurisation. Il ne peut donner de bilan précis pour l'instant.

Les forces de l'ordre ont évacué le bâtiment et sécurisent la scène de crime à l'intérieur. Devant le bâtiment, la présence policière est très importante. WJZ-TV, l'antenne locale de CBS Baltimore, a eu confirmation qu'il y a eu au moins quatre morts et de nombreux blessés.

Le Capital Gazette appartient au Baltimore Sun, le grand journal local. La police a déclaré qu'il n'y avait en revanche aucune menace sur l'autre quotidien.

TEMOIGNAGE


Le journaliste spécialisé en affaires judiciaires du Capital Gazette était présent au moment de la fusillade. Il raconte : "Il n'y a rien de plus effrayant que d'entendre des gens se faire tirer dessus pendant que vous êtes sous votre bureau, et ensuite d'entendre le tireur recharger son arme."

Phil Davis, un des journalistes du Capital Gazette, confirme la présence de morts dans la rédaction. "Un seul tireur a tiré sur plusieurs personnes dans mon bureau, certains d'entre eux sont morts". Il explique que l'individu a tiré à travers la vitre.

CBS annonce que la fusillade a fait plusieurs blessés et qu'au moins quatre personnes ont trouvé la mort. La chaîne américaine annonce qu'un tireur aurait été arrêté.

INCERTITUDE


Plusieurs rumeurs contradictoires évoquent quatre personnes tuées ou gravement blessées lors des tirs. Mais aucune confirmation officielle n'a été faite.

SITUATION


Une fusillade a éclaté dans les locaux du quotidien Capital Gazette il y a quelques minutes, vers 14h40 heure locale (20h40 à Paris). Il est situé à Annapolis, dans le comté d'Anne Arundel (Maryland). Plusieurs personnes ont été aperçues quittant les lieux. Le tireur est toujours recherché.

POLICE


Un journaliste d'ABC Maryland s'est rapproché du bâtiment du Capital Gazette à Annapolis que la police encercle désormais.

FUSILLADE 


Les autorités confirment qu'elles sont en pleine intervention au Capital Gazette, à Annapolis, dans le Maryland.

Les Etats-Unis frappés par une nouvelle fusillade. L'alerte a été lancée par un stagiaire sur Twitter : "Tireur actif au 888 rue Bestgate, envoyez de l'aide s'il vous plaît." Ce jeudi 28 juin à Annapolis, dans le Maryland, des tirs ont éclaté dans les locaux de la rédaction d'un journal local, le Capitale Gazette. La police locale a rapidement confirmé l'information : "Nous confirmons qu'un tireur est actif au  888 Bestgate Road in Annapolis. L'immeuble est évacué. Des officiers continuent de fouiller le bâtiment."


Le tireur a été arrêté rapidement. Il aurait voulu se venger du journal pour un article écrit sur lui il y a quelques années.

La police a confirmé qu'au moins cinq personnes avaient été tuées.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter