EN DIRECT - Jeune homme tué à Nantes : calme toujours précaire, 18 voitures incendiées cette nuit

DirectLCI
INVESTIGATIONS - Le policier à l'origine de la mort d'un jeune homme de 22 ans mardi soir à Nantes a finalement reconnu vendredi avoir tiré accidentellement, et non en légitime défense. Il a été mis en examen pour "coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner". Après une quatrième nuit de tensions dans le quartier du Breil, l'avocat de la famille de la victime a annoncé ce samedi que ses clients allaient se constituer partie civile.
Live

13 INTERPELLATIONS


Selon nos informations,  13 personnes ont été interpellées cette nuit et 9 placées en garde à vue après de nouveaux incidents. La nuit a cependant été beaucoup plus calme que les précédentes. On dénombre un véhicule incendié et un feu de poubelle

CALME RELATIF


Un calme relatif a régné dans les quartiers  de Nantes dans la nuit de samedi à dimanche. On comptabilise une nouvelle fois des véhicules incendiés : 18 voitures et un engin de chantier. Aucun blessé n'est signalé. 

MARCHE BLANCHE


Plus de 200 personnes ont marché en mémoire d’Aboubakar Fofana cet après-midi à Garges-lès-Gonesse, rapporte Le Parisien. Le jeune homme était originaire de cette ville du Val-d'Oise.

AVOCAT DE LA VICTIME


Loïc Bourgeois, l'avocat de la famille d'Aboubakar Fofana : "on sera très attentifs à ce que la vérité objective ressorte dans ce dossier".


Son intervention complète :

AVOCAT DE LA VICTIME


Loïc Bourgeois, indique également que les membres de la famille d'Aboubakar Fofana "ne veulent pas être instrumentalisés", et "éprouvent à la fois un sentiment de soulagement, car la vérité éclate, et un sentiment de colère, car leur parole n'a pas été entendue au début de la procédure, et qu'une thèse a été privilégiée par rapport à une autre".

AVOCAT DE LA VICTIME


Loïc Bourgeois, l'avocat de la famille d'Aboubakar Fofana, le jeune homme tué par un policier, s'exprime sur LCI : "L'état d'esprit de la famille n'a jamais évolué. Ils ont toujours appelé au calme"

PROCÉDURE


La famille d'Aboubakar Fofana, le jeune homme tué par un CRS lors d'un contrôle de police mardi soir à Nantes, va se constituer partie civile, a indiqué l'avocat à l'AFP. Elle aura ainsi accès à la totalité du dossier. 

RÉCIT


Voici les derniers éléments sur l'affaire avec notre reporter sur place, Sehla Bougriou (Vidéo).

LE BILAN DE LA NUIT


Sept véhicules ont été incendiés à Orvault, Rezé et dans les quartiers nantais du Breil et de Bellevue, vers 1h du matin samedi. Les forces de l'ordre ont essuyé des jets de cocktails Molotov au Breil et à Bellevue et ont répliqué par des tirs de grenades lacrymogènes. Un début d'incendie a touché un bâtiment du bailleur social Nantes Habitat dans le quartier du Breil. La situation est revenue progressivement au calme et vers 4h, heure à laquelle aucune interpellation n'avait eu lieu, selon la police.

INCENDIES


Plusieurs voitures en feu dans le quartier du Breil cette nuit, rapporte notre correspondant dans la région Nicolas Hesse.

Le POINT A 0H40


La situation était encore tendue, avec un fort déploiement policier, notamment au Breil, pour faire face aux groupes qui se forment ici ou là.

LE POINT A 0H15


La situation restait tendue vers 0h15, après les premiers heurts de la soirée qui ont eu lieu vers 23h45, selon notre consoeur Marion Lopez. 

NOUVELLES TENSIONS


Alors que la situation était calme ce soir (voir le message précédent ci-dessous), les heurts ont repris depuis une quinzaine de minutes, notamment dans le quartier du #Breil, comme le constate sur place notre consoeur Marion Lopez.

CALME


Selon notre confrère Bastien Blandin de Ouest France, la situation était calme ce soir dans les quartiers concernés par les violences ces derniers jours. La présence policière était cependant visible, notamment au Breil.

RÉCIT

Que s'est-il réellement passé mardi soir à Nantes ? C'est la question à laquelle tentent de répondre les enquêteurs depuis mardi soir et la mort d'Aboubakar Fofana.

Jeune homme tué à Nantes : récit d'un drame en "trois phases"

Jeune homme tué à Nantes : récit d'un drame en "trois phases"
Urgent

MISE EN EXAMEN


Le policier qui a tué Aboubakar Fofana a été mis en examen ce vendredi soir par le juge d'instruction pour  "coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner". Il a été placé sous contrôle judiciaire.


Le juge a suivi les réquisitions du procureur.

CALME


Pour l'instant, la situation est très calme dans les quartiers touchés par les violences ces derniers jours.

JUSTICE

Trois hommes âgés de 20 à 31 ans ont été condamnés vendredi à quatre mois de prison avec sursis pour des violences commises mercredi soir contre les forces de l'ordre, au lendemain de la mort d'Aboubakar Fofana

Soupçonnés d'avoir jeté des cailloux et des projectiles divers sur les forces de l'ordre qui sécurisaient l'intervention des pompiers, ils avaient été interpellés mercredi vers 21h dans le quartier du Breil.

VIDÉO


Voici un extrait de la conférence de presse du procureur sur le déroulé des faits.

LES FAITS

Revenant sur le déroulé des faits, le procureur évoque trois phases :


1- Les policiers contrôlent le véhicule d'Aboubakar Fofana pendant 10 à 15 minutes. "Ce contrôle était justifié car les policiers constatent qu’il ne porte pas sa ceinture de sécurité", assure le procureur. A. Fofana leur donne alors une fausse identité.


2 - Ayant appris par le commissariat central de Nantes qu'il vient de donner une fausse identité, les policiers demandent à A. Fofana de se garer et de les suivre au commissariat. "Il va alors enclencher soudainement une marche arrière dans une démarche de fuite, assure le procureur. Dans sa course, le conducteur va frôler un fonctionnaire de police". Le conducteur va alors heurter un véhicule stationné, immobilisant sa propre voiture.


3- Malgré le choc, A. Fofana décide de redémarrer son véhicule. "A ce moment-là, un fonctionnaire de police, qui se trouve à hauteur du passager, fait usage de son arme, atteignant le conducteur au niveau de la gorge", déclare le procureur. Le véhicule continue sa route sur quelques mètres, défonce une murette et finir=g sa course dans le jardin d’une habitation. 

ENQUÊTE

Le procureur Pierre Menès indique dans un premier temps qu'une enquête préliminaire pour "coups et blessures volontaires ayant entraîner la mort sans intention de la donner" a été ouverte. Il ajoute que le parquet requiert la mise en examen du policier mis en cause.

DECLARATIONS

Le procureur de la République de Nantes Pierre Sénnès donne actuellement une conférence de presse

FIN DE GARDE A VUE 


Le CRS est en cours de défèrement ce vendredi après-midi. 

REACTION 


L'avocat du policier a réagi au micro de LCI. "Mon client est dévasté", commente-t-il. A lire ici :

Nantes : "Le premier réflexe d'une personne qui se sent autant coupable, c'est le déni", estime l'avocat du policier

Nantes : "Le premier réflexe d'une personne qui se sent autant coupable, c'est le déni", estime l'avocat du policier

TÉMOIGNAGE


"Paniqué, (le policier) s'est mis en arrière, il a dit 'je crois que j'ai fait une boulette, je l'ai tué'" : un témoin et ami de la victime racontait la scène le soir du drame

"Son premier réflexe a été de mentir"


Retrouvez l'interview de Me Laurent-Franck Liénard, en images :

"Mon client est dévasté" 


L'avocat du policier interrogé par LCI a confirmé la version accidentelle avancée par son client et décrit un homme "dévasté par son acte". "Le tir accidentel a conduit à la mort d'un jeune homme (...) le premier réflexe de la personne qui se sent autant coupable, c'est le déni", a déclaré Me Laurent-Franck Liénard. 


"Son premier réflexe a été de mentir (...) mais il a révélé (depuis) la vérité de manière beaucoup plus apaisée". Un geste qu'il "regrette" et "regrettera toute sa vie", a conclu l'avocat.  

INFO LCI/TF1


En garde à vue, le policier a reconnu avoir menti lors de sa première déclaration. Selon nos informations, le fonctionnaire a expliqué avoir tiré sur le jeune homme de 22 ans par accident. Toutes les dernières informations à lire ici :

INFO TF1 / LCI - Jeune homme tué à Nantes : le policier reconnaît avoir menti

INFO TF1 / LCI - Jeune homme tué à Nantes : le policier reconnaît avoir menti

DÉGRADATIONS


La voiture personnelle de la maire de Nantes, Johanna Rolland, a été incendiée au cours des incidents jeudi soir, selon Ouest-France

VAL D'OISE


Des incidents ont également été signalés cette nuit à Garges-lès-Gonesse, d'où était originaire le jeune tué par le policier.

DEUX VERSIONS S'AFFRONTENT


1. Celle du policier 

Les cinq collègues du policier auteur du coup de feu, entendus le soir des faits, ont affirmé que le conducteur a fait une marche arrière à "très vive allure", au point de risquer de renverser deux des quatre enfants qui jouaient sur la chaussée derrière la voiture. Toujours selon eux, l’un des policiers a juste eu le temps de pousser l'un des enfants, de prendre l'autre dans ses bras et de se mettre à l’abri devant le fourgon de CRS.


2. Celle des habitants

Ces déclarations des policiers n'ont pas été confirmées par le procureur et sont contredites par des habitants du quartier interrogés qui disent avoir assisté à la scène. Selon une femme qui a filmé la scène, il n'y avait "pas de CRS derrière la voiture, il n'a écrasé personne". Sur les vidéos des habitants, qu'a pu consulter RMC, il n'y a ni policier derrière le véhicule, ni enfants à proximité. 

INTERPELLATIONS


Cette nuit, la police a interpellé trois personnes, dont un mineur de 14 ans en possession d'un bidon d'essence et de mèches. Il a depuis été placé en garde à vue. 

Urgent

POINT A 4h30

- Trois personnes ont été interpellées

- Un lycée et une station service ont, en partie, étaient incendiés

- "Une bonne cinquantaine de véhicules ont été incendiés", selon les force de l'ordre

- Le policier a l'origine du tir mortel est toujours en garde à vue à l'IGPN (la police des polices)

ATTENTION


Après de nombreux messages sur les réseaux sociaux parlant de détonations, la police de Nantes dément, et appelle, une fois encore, à faire preuve de prudence concernant les informations relayées. 

UNE STATION ESSENCE PRISE POUR CIBLE

PREMIERES VIOLENCES A LA BOTTIERE

Le lycée pro Léonard de Vinci a été touché "10 ou 15 personnes sont rentrées dans l’école, ils ont enfoncé les portes, sont rentrés avec des bidons d’essence et ils ont mis le feu "

Urgent

DE NOUVELLES VIOLENCES


De nouvelles violences étaient en cours dans la nuit de jeudi à vendredi à Nantes pour la troisième nuit consécutive. Plusieurs voitures étaient en feu autour de minuit dans le quartier de Bellevue. 

"Pas loin de 10 véhicules" étaient touchés par un incendie vers 00h30, selon une source policière, qui a fait état de "groupes mobiles de 20 à 30 personnes cagoulées" dans le quartier.

Un mineur de 14 ans a été interpellé en possession d'un bidon d'essence et de mèches dans le quartier du Clos-Toreau, a indiqué la source policière à l'AFP, précisant qu'il avait été placé en garde à vue.

DES VOITURES EN FEU A BELLEVUE


Alors que la garde à vue du policier se poursuit, des voitures brûlent à Bellevue. Pour autant, la situation est beaucoup plus calme que la veille. 

LE POINT A 23H55


La situation est toujours très calme en ce moment dans les différents quartiers où ont eu lieu les violences des deux dernières nuits, notamment celui du Breil. La présence policière est faible et discrète. 


Sur le plan de l'enquête, la garde à vue du policier auteur du tir mortel se poursuit.

LE POINT A 23 H


Quelques heures après une marche blanche qui a rassemblé un millier de personnes, le  calme semble être revenu dans les différents quartiers de Nantes, notamment celui de Breil où un jeune homme a été tué dans la nuit de mardi à mercredi par un policier lors d'un contrôle.

"Je ne veux pas d'une société avec des guerres de rue", scande Jean-Luc Mélenchon.

"JUSTICE POUR ABOU"


Un millier de personnes ont participé à la marche blanche en début de soirée dans le quartier du Breil à Nantes.

TENSIONS


Alors que tout était calme depuis la fin de la marche blanche vers 19h30, la situation redevient tendue dans le quartier voisin de celui du Breuil, comme le constate notre consoeur Marion Lopez sur place.

FAUSSE ALERTE


Léger mouvement de panique dans le quartier de Breil après qu'un habitant a fait pétarader le moteur de sa voiture en voulant sortir de son parking.

TRANSPORTS


Ni bus, ni tram à partir de 20h30 à Nantes.

LE POINT A 19h30


A l'issue de la marche blanche, la situation est calme dans le quartier Breil à Nantes. Les manifestants se sont dispersés. Certains ont décidé de rester sur place pour discuter, a constaté une journaliste de France 3 Pays de la Loire.

La marche blanche a réuni 300 personnes, selon notre correspondant sur place Henri Dreyfus

Au Breil, la marche blanche se clôt par une minute de silence.

POLICE


La police demande de respecter l'enquête en cours.

Le cortège progresse lentement, selon nos confrères de France 3 Pays de la Loire.

Le CRS qui a tué Aboubakar Fofana mardi soir lors d'un contrôle à Nantes a été mis en examen vendredi soir par un juge 

d'instruction, peu après avoir reconnu avoir tiré "par accident" sur la victime. Le brigadier-chef a été libéré sous contrôle judiciaire, conformément aux réquisitions du procureur de Nantes Pierre Sennès. Il a été mis en examen pour 

"coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner", a précisé son avocat Laurent-Franck Lienard à l'AFP.

 Placé en garde à vue jeudi midi, le policier a reconnu avoir menti lors de sa première audition libre mercredi, avait annoncé un peu plus tôt son avocat. Il affirme désormais avoir tiré "par accident" sur le jeune homme de 22 ans, originaire de Garges-lès-Gonnesse (Val-d'Oise). Il avait auparavant indiqué "avoir tiré en raison de la dangerosité du conducteur et pour protéger les 

personnes qui pouvaient se trouver à proximité sur la trajectoire du véhicule", selon M. Sennès.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter