INFO TF1/LCI - Levallois-Perret : les militaires légèrement blessés sont sortis de l'hôpital

FAITS DIVERS
DirectLCI
LIVE - Deux jours après l'attaque sur des militaires à Levallois-Perret, le suspect est toujours dans un état de santé dégradé qui ne permet pas de le placer en garde à vue. Il a été transporté du CHU de Lille vers une structure hospitalière parisienne. Les militaires légèrement blessés sont eux sortis de l'hôpital de Bégin. Les trois soldats dans un état plus sérieux sont toujours hospitalisés à Percy.
Live
Info tf1/lci

Selon nos informations les militaires hospitalisés à Bégin sont sortis. Les trois autres, plus gravement blessés, sont toujours à l'hôpital de Percy.

Urgent

Le suspect a été transféré en hélicoptère depuis Lille dans une structure hospitalière parisienne. Touché par cinq balles au cours de son interpellation, mercredi, il avait dû être opéré du coude et de la colonne vertébrale. Néanmoins, son état de santé ne permet pas encore de le placer en garde à vue, a fait savoir le parquet. 


LE PROFIL du suspect est à retrouver ici >> Chauffeur VTC, pas fiché S... Ce que l'on sait de Hamou B. 

 

LE RÉCIT du policier stagiaire qui a permis son interpellation est à retrouver ici >> "Je vois dans mon rétroviseur un véhicule qui roule à très vive allure" 

Hamou B. le suspect interpellé hier après avoir qu'une voiture a renversé six militaires de l'opération Sentinelle à Levallois, se trouve dans un état très grave, mais son pronostic vital n'est pas engagé, selon nos informations.

Une source policière indique ce matin à l'AFP que le suspect, blessé par balle et tojours hospitalisé au CHU de Lille, n'est "pas encore audible". Son état de santé ne permettant pas qu'il soit entendu par les policiers, sa garde à vue avait été rapidement levée mercredi. Elle reprendra si les médecins jugent son état compatible avec cette mesure.

Alors que le suspect est toujours hospitalisé à Lille, grièvement blessé par les tirs des policiers, la presse ce jeudi matin s'interroge sur la pertinence de l'opération Sentinelle, "plus paratonnerre que bouclier".

BONNE NUIT


Voilà, on clôture le live de cette attaque pour le moment. On se retrouve demain matin pour la suite de cette affaire et de nouveaux éléments. 

Sur TF1, la Garde des Sceaux, et ministre de la Justice, a qualifié l'attaque survenue ce matin sur les militaires comme "un attentat lâche et inacceptable".

Après onze heures de "silence radio", le président de la République a adressé un message aux forces de l'ordre. 

Censés rassurer la population et renforcer les effectifs de police et gendarmerie sur le territoire, les soldats de l'opération Sentinelle sont devenus, au fil des attentats, des cibles privilégiées par les terroristes

Sentinelle : pourquoi le maintien de l'opération est-il remis en cause ?

Sentinelle : pourquoi le maintien de l'opération est-il remis en cause ?
Live

Le récit de l'interpellation du suspect sur l'autoroute en début d'après-midi dans le Nord-Pas-Calais 

Des policiers cagoulés mènent des perquisitions dans ce bâtiment, à Bezons dans le Val d'Oise

Ce seraient les papiers retrouvés sur le suspect arrêté cet après-midi qui ont conduit les enquêteurs à cet immeuble de la région parisienne. 

L'intervention de police est toujours en cours à Bezons. Les policiers encagoulés sont en train de passer un ou plusieurs appartement(s) au peigne fin.

Des perquisitions sont en cours depuis 15h de l'après-midi dans le Val-d'Oise, à Bezons, dans un appartement en lien avec le suspect, mais aucune interpellation n'a eu lieu pour le moment, selon nos informations

La voiture qui a foncé sur les militaires était un véhicule de location, qui a été retrouvé grâce à un système de géolocalisation.

Des centaines d'hommes ont été mobilisés pour retrouver -avec succès- le suspect 

L'homme interpellé sur l'autoroute est susceptible d'être l'auteur de l'attaque de ce matin, selon la police

Le suspect a été blessé à l'épaule pendant son interpellation sur l'autoroute A16 dans le Pas-de-Calais. Un policier de la BRI a quant à lui été blessé à la cuisse par une balle perdue (l'homme arrêté n'étant pas armé)

Les perquisitions se déroulent notamment dans un appartement en lien avec le suspect en région parisienne, selon les informations de LCI.

Le suspect, né en 1980, est originaire des Yvelines. Des perquisitions sont en cours dans le département, selon Le Parisien. Mais, pour l'heure, le parquet refuse de confirmer des informations qui seraient susceptibles de mettre en péril des investigations en cours.

La vidéo de l'interpellation de la voiture sur l'autoroute A16 

Les députés se sont levés dans l'hémicycle cet après-midi pour rendre hommage aux six militaires délibérément renversés quelques heures plus tôt à Levallois-Perret.

Edouard Philippe a confirmé que l'état de santé des militaires blessés "n'inspire plus d'inquiétude" et que les blessures subies sont "fort heureusement légères".


l a adressé sa "reconnaissance" aux blessés et à leur famille et, de façon plus générale, il a rendu hommage aux policiers, gendarmes, militaires mobilisés, qui sont les "chevilles ouvrières" de la lutte contre les attentats, mais aussi  des "cibles".

Pour le Premier ministre, "nous devons sortir de l'état d’urgence qui est un état transitoire ".

Rappel des faits : l'attaque a eu lieu vers 8h ce matin à Levallois-Perret dans les Hauts-de-Seine, six militaires ont été blessés, dont trois gravement.

Le Premier ministre Edouard Philippe réagit à l'attaque perpétrée ce matin et confirme l'interpellation d'"un suspect, qui était au volant du véhicule incriminé" sur l'autoroute A16.

Le suspect n'était par armé. Un policier a été blessé au cours de l'interpellation par une balle perdue. 

Nos confrères de La Voix du Nord ainsi qu'une témoin contactée par LCI indiquent que l'auroute A 16 est bloquée en direction de Calais, au niveau de Marquise. 

L'interpellation "musclée" s'est déroulée en début d'après-midi en direction de Calais. Le conducteur du véhicule, pour échapper à la police, a percuté d'autres véhicules. Les policiers des Brigade de recher et d'intervention (BRI) de Lille et Rouen ont alors fait feu. L'homme a été blessé par balle, puis interpellé.


Né en 1980, il est susceptible d'être l'auteur de l'attaque survenue ce matin dans les Hauts-de-Seine. 

Urgent

Le véhicule recherché a été intercepté, un homme interpellé à son bord indique le parquet de Paris.


Selon nos informations, le véhicule a été repéré sur l'autoroute A16, au niveau de la ville de Marquise, dans le Pas-de-Calais.

Gérard Collomb a poursuivi : "Une voiture qui était dans le quartier est arrivée vers le dispositif, elle roulait doucement, à 5 mètres à peu près des militaires, elle a accéléré de manière à pouvoir les percuter. (...) Nous savons que c'est un acte délibéré, ce n'est pas un acte accidentel", a-t-il déclaré devant l'hôpital Bégin à Saint-Mandé (Val-de-Marne), où il rendait visite à des blessés avec la ministre des Armées Florence Parly.

Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur : "La voiture est toujours recherchée, un dispositif important est mis en place, mais nous ne savons pas, au moment où je vous parle, où elle se trouve de manière précise."

Florence Parly, la ministre des Armées est au chevet des blessés les plus légers, mais elle s'est montrée optimiste quant à la santé des soldats hospitalisés à Percy : "Ils ne sont pas gravement blessés comme nous avions pu le penser, nous avons des nouvelles rassurantes quant à leur état". 

LE POINT


Voici ce que l'on sait, à la mi-journée, sur ce qu'il s'est passé à Levallois >>

Militaires attaqués à Levallois-Perret : ce que l'on sait

Militaires attaqués à Levallois-Perret : ce que l'on sait
Live

ZOOM


On revient sur le dispositif de l'opération Sentinelle

Christophe Castaner : "Tous les moyens sont mis en oeuvre pour neutraliser celui, ceux ou celles" qui ont attaqué les 6 militaires ce mercredi matin. 

Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement, va prendre la parole, comme tous les mercredis. 

En direct

L'enquête, ordonnée notamment pour "tentatives d'assassinats sur personnes dépositaires de l'autorité publique en lien avec une entreprise terroriste", a été confiée à la Direction régionale de la police judiciaire (DRPJ), à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a annoncé le parquet de Paris.

Urgent

Selon l'AFP, la section antiterroriste du parquet de Paris se saisit de l'enquête, sur cette affaire des militaires renversés à Levallois-Perret.

Par voie de communiqué, la ministre des Armées Florence Parly confirme que "six militaires du 35e régiment d'infanterie de Belfort ont été blessés". Elle évoque "trois blessés plus grièvement, sans que leur pronostic vital ne soit engagé".


La ministre "condamne avec la plus grande fermeté cet acte lâche qui n'entame en rien la détermination des militaires à oeuver pour la sécurité des Français". Elle se rendra par ailleurs avec Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, au chevet des militaires.

Plusieurs journalistes sur place ont constaté un gros dispositif policier déployé sur place. 

Le ministre de l'Intérieur va rendre visite aux militaires blessés. 

L'attaque s'est déroulée ce mercredi 9 août à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) vers 8h. Un véhicule a percuté une équipe de militaires de l'opération Sentinelle. Six soldats ont été blessés, "dont quatre légèrement et deux sérieusement", mais aucun n'a son pronostic vital n'est engagé.

Le véhicule en cause a été retrouvé quelques heures plus tard sur l'autoroute A16, à hauteur de Boulogne-sur-mer. Le conducteur a été stoppé par des tirs de la BRI. Il a été hospitalisé au CHU de Lille. Opéré au coude et à la colonne vertébrale, il est dans un état grave mais son pronostic vital n'est pas engagé. Il a d'ailleurs été transféré dans un hôpital parisien ce vendredi. Si l'on en sait un peu plus sur lui - Hamou B., un Algérien de 36 ans qui n'était pas connu des services de renseignement - ses motivations restent pour le moment inconnues.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter