En Italie, un séropositif condamné à 24 ans de prison après la contamination d'une trentaine de femmes

FAITS DIVERS

JUSTICE - En Italie, un homme de 33 ans, séropositif, a été condamné à 24 ans de prison pour avoir contaminé au moins une trentaine de femmes. L'accusé réfute le fait d'avoir transmis volontairement le VIH aux victimes.

Il s'appelle Valentino Talluto, il est âgé de 33 ans et ce vendredi 27 octobre, il a été condamné à 24 ans d'emprisonnement. Séropositif, il a contaminé une trentaine de femmes en Italie, en moins de dix ans. Il a été reconnu coupable par le cour d'assises de Rome d'avoir infligé d'"importantes lésions" à ses victimes.

Au total, les enquêteurs ont pu remettre la main sur pas moins de 53 femmes avec lesquelles l'accusé a eu des rapports non protégés, alors même qu'il avait appris sa séropositivité en 2006. Parmi elles, 23 sont restées séronégatives, et 30 ont été contaminées. Trois des femmes contaminées ont également transmis le virus à leurs compagnons. Une des victimes a également donné naissance à un bébé porteur du virus.  

 

Je ne les aurais pas fait entrer dans ma vie- Valentino Talluto

Lire aussi

Le mode opératoire de Valentino Talluto est resté le même, en l'espace de dix ans. Il entreprenait de séduire des femmes sur les réseaux sociaux, ou sur des sites de rencontres. Puis venait le temps des premiers rendez-vous, des fleurs et des dîners romantiques. Lors des rapports sexuels, par la suite, il se prétendait allérgique aux préservatifs afin de coucher sans protection.  Ce sont souvent ses victimes qui reprenaient contact avec lui, se sentant malades. Mais l'accusé réfutait formellement avoir quoique ce soit. 

Lors du procès, Valentino Talluto s'est défendu de toute contamination intentionnelle. "Beaucoup de filles connaissent mes amis et ma famille. On dit que j'ai voulu contaminer le plus de personnes possible. Si cela avait été le cas, je serais allé chercher des rapports occasionnels dans les bars, je ne les aurais pas fait entrer dans ma vie" a-t-il déclaré. Son avocat, Maurizio Barca, a abondé dans son sens : "Il n'a pas cherché à transmettre intentionnellement le moindre virus". Selon lui, son client aurait utilisé des préservatifs "la plupart du temps", ne s'en passant qu'à quelques reprises, "pris dans le feu de l'action".

Un mode opératoire destiné "à semer la mort"

Du côté de l'accusation, on estime que l'homme "n'a jamais collaboré, a fait de fausses déclarations et a toujours nié toute responsabilité, même face à l'évidence".

 "Son mode opératoire était destiné à semer la mort" a dénoncé l'avocate générale Elana Neri, qui a requis la prison à perpétuité contre Valentino Talluto, pour "épidémie". Une réquisition qui a finalement été revue à la baisse, par le tribunal, lors de l'énoncé du jugement. 

Lire et commenter