Enlèvement de Jacqueline Veyrac, célèbre femme d’affaires à Nice : les ravisseurs sont entrés en contact avec la famille

DirectLCI
ENQUÊTE - Les enquêteurs de la police judiciaire sont toujours ce mardi à la recherche de Jacqueline Veyrac, femme d’affaires de 76 ans. La septuagénaire, à la tête notamment du Grand Hôtel de Cannes (Alpes-Maritimes), a été enlevée lundi en pleine journée devant son domicile de Nice par trois individus qui ont pris la fuite à bord d’un véhicule utilitaire.

Un enlèvement en plein jour, en quelques secondes, sous l'œil de témoins. Un scénario presque irréaliste qui s'est pourtant déroulé lundi vers midi à Nice (Alpes-Maritimes). Vingt-quatre heures après l'enlèvement de Jacqueline Veyrac, femme d’affaires de 76 ans à la tête notamment du Grand Hôtel de Cannes et du restaurant gastronomique La Réserve à Nice, les enquêteurs de la police judiciaire n'ont toujours pas retrouvé la trace de la victime et de ses agresseurs. 


Lundi, la factrice du quartier a assisté à toute la scène, sans avoir le temps de réagir. Elle s'est ensuite réfugiée dans une pharmacie du boulevard Gambetta pour donner l'alerte. "Elle est arrivée en courant. Elle était terrorisée. Elle nous a dit que quelqu'un s'était fait enlever avenue Emilia, à quelques mètres de notre officine, et qu'il fallait qu'on appelle la police, raconte une pharmacienne à LCI ce mardi. Elle a déclaré que trois personnes avaient kidnappé cette dame. Deux individus cagoulés l'ont prise et mise dans le coffre d'une voiture utilitaire au volant de laquelle se trouvait un troisième individu. Puis ils ont pris la fuite". 

Selon le témoignage de la factrice, la septuagénaire se serait "débattue" pour tenter d'échapper à ses ravisseurs... En vain. "La factrice était vraiment très choquée. Je ne pense pas qu'elle retournera travailler de sitôt", poursuit la pharmacienne. 


Une enquête a été ouverte pour "enlèvement et séquestration en bande organisée" et "association de malfaiteurs". Aucune piste n'est exclue par la police judiciaire de Nice. Le 4x4 noir que conduisait Jacqueline Veyrac quand elle a été enlevée a été saisi. Des recherches de la police technique ont été engagées, notamment pour tenter d'y retrouver des empreintes laissées par les ravisseurs. Des images de vidéosurveillance sont également en cours d'exploitation. 

Selon le quotidien 20 Minutes, citant Me Sophie Jonquet, l'avocate des Veyrac, "les ravisseurs sont entrés en contact avec Gérard (le fils) lundi en début d’après-midi". "La famille est particulièrement affectée et n'entend pas faire de déclarations à ce stade. Trop de commentaires ont déjà été faits et je ne veux pas mettre ma cliente en danger", a indiqué à l'AFP Me Jonquet, sans autre précision.


"Une dame de cet âge enlevée dans ces conditions, nous sommes tous très inquiets", indiquait dès lundi soir le procureur de la République Jean-Michel Prêtre.

En vidéo

Enlèvement de Jacqueline Veyrac : "C'était une cliente très gentille" témoigne une pharmacienne niçoise

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter