Essonne : deux policiers sérieusement blessés par des cocktails Molotov

DirectLCI
AGRESSION - Deux policiers, un homme et une femme, qui sécurisaient une caméra de vidéosurveillance ont été grièvement blessés samedi après avoir été attaqués par une quinzaine d'individus armés de cocktails Molotov à Viry-Châtillon. Le parquet d'Evry a ouvert une enquête en flagrance pour tentative d'homicide.

 Deux policiers ont été grièvement blessés samedi après des tirs de cocktails Molotov jetés dans leur voiture, à Viry-Châtillon dans l'Essonne. Selon nos informations, ces agents, un homme et une femme, ont été très violemment pris à partie par un groupe d'une quinzaine d'individus  alors qu'ils intervenaient pour protéger une caméra de surveillance installée récemment pas la ville à ce carrefour et régulièrement détruite. 


Vers 15 heures, "une quinzaine d'individus cagoulés et  armés de barre de fer ont cassé les vitres. Deux collègues ont été gravement brûlés dont l'un à plus de 30%", a réagi sur LCI Claude Carillo, secrétaire départemental du syndicat Alliance.  "C'est vraiment une tentative d'homicide", poursuit-il. 

Lire aussi

En vidéo

Policiers blessés dans l’Essonne: Claude Carillo, secrétaire départementale, dénonce "une tentative d’homicide"

En vidéo

Policiers blessés dans l’Essonne : le syndicat de police "en colère"

D'autres policiers arrivés en renfort dans une deuxième voiture "ont essuyé  eux aussi des jets de cocktails Molotov", a poursuivi la source policière. Ils  ont été "légèrement blessés et très choqués, et évacués vers un centre  hospitalier". Une source judiciaire a également fait état de quatre policiers blessés,  dont deux sérieusement. Les deux voitures de police attaquées ont été incendiées et détruites.


D'importants renforts policiers ont été envoyés sur place. A ce stade,  aucune interpellation n'a été opérée, selon la source policière.  Selon i-Télé et France Info, le parquet d'Evry a ouvert une enquête en flagrance pour tentative d'homicide.


Le ministère de l'Intérieur a fait par de "sa profonde indignation" et assure que "tout est mis en œuvre pour retrouver et interpeller les auteurs de ces actes intolérables". François Hollande dénonce une attaque "intolérable" et réclame "une peine à la mesure de la gravité". Pierre-Henry Brandet , porte-parole du ministère de l'Intérieur  interrogé par LCI, a affirmé qu'il s'agissait d'un "acte criminel". 

En vidéo

Policiers blessés dans l’Essonne : "Ce sont des actes criminels" pour le porte-parole du ministère de l'Intérieur

 Manuel Valls, lui, juge que "des actes aussi intolérables appellent des sanctions exemplaires". "Les auteurs de ces attaques seront poursuivis sans relâche et traduits en justice. Au moment où les forces de l'ordre répondent  avec courage aux menaces auxquelles notre pays est confronté, des actes aussi intolérables appellent des  sanctions exemplaires", a assuré le Premier ministre dans un communiqué.


"Toute la police nationale est à leurs côtés ainsi qu'auprès de leurs familles et collègues", assure Jean-Marc Falcone, le directeur de la police nationale. "Les auteurs de cet acte prémédité et d'une infinie cruauté seront traqués sans relâche sous l'autorité du procureur de la République."

Ces violences sont survenues dans la cité de La Grande Borne, à un feu  rouge qui a été longtemps le théâtre de vols à la portière avec violence.  Depuis plus d'un an, la mairie tente de reprendre le territoire aux agresseurs  à ce carrefour dit "du Fournil" - du nom de la boulangerie voisine - et y a  dans ce but installé une caméra de vidéosurveillance, que les policiers  attaqués étaient chargés de surveiller.


"On a affaire à des assassins mais nous travaillons de concert avec l'État.  Cette attaque va accélérer les choses. La prochaine étape, c'est d'aller à  l'intérieur de la Grande Borne pour faire cesser tous ces trafics car c'est  bien ça que la caméra dérange", a déclaré à l'AFP le maire Jean-Marie Vilain  (UDI).

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter