Etudiant blessé à Rennes : le parquet confirme la "perte totale de la vision d'un œil"

FAITS DIVERS
DirectLCI
TÉMOIGNAGE - Plusieurs manifestations se sont déroulées jeudi contre la loi travail, durant lesquelles de violents affrontements ont eu lieu à Paris et en province. Un étudiant de 20 ans à Rennes, touché au visage par un tir de flash-ball, a perdu l'usage d'un oeil. Un manifestant témoigne.

La famille va sûrement porter plainte très rapidement. La journée du jeudi 28 avril était très tendue à Paris et en province, où de violents affrontements ont eu lieu entre manifestants et forces de l’ordre. A Rennes, un étudiant a reçu un projectile de Flash-Ball dans l’œil. Hugo Poidevin, membre de l’Union des étudiants communistes (UEC), était présent aux côtés de cet étudiant en géographie de 20 ans qui étudie à Rennes 2 lorsqu'il a reçu l'objet.

metronews, il raconte : "Nous étions près du Parlement, quand nous avons été pris pour cible par les forces de l’ordre. Après avoir été chargés par une trentaines de CRS, les tirs de lacrymo puis flash-ball ont suivi tandis que les manifestants étaient regroupé sur le pont. Rapidement, nous avons entendu des cris une fois au bout de la rue du Capitaine-Alfred-Dreyfus et j’ai vu un jeune, debout, le visage en sang. Je me suis rapidement approché de lui". Hugo Poidevin sait de quoi il parle. Avec 24 autres étudiants, tous titulaires d'un brevet de secourisme, il forme une équipe médicale qui, sérum physiologique, compresses et Maalox sous le bras, manifestent et interviennent pour apporter des premiers soins aux blessés.

EN SAVOIR + >> Le jeune manifestant a porté plainte

"On s'équipe car on sait qu’on va manger"

"Depuis le début des mouvements il y a un mois et demi, nous avons recensé 250 blessés. Hier, (jeudi 28 avril, ndlr), nous avons tenté de stopper l’hémorragie du jeune avec des compresses et surtout de le maintenir éveillé en attendant l’arrivée des pompiers", explique-t-il à metronews. "Il a demandé dans quel état était son œil, j’ai tout de suite compris qu’il le perdrait mais je ne lui ai pas dit. Une fois pris en charge par les secours, j’ai gardé contact avec sa famille. Ce vendredi matin, ses proches m'ont confirmé qu’il avait définitivement perdu son œil."

Selon la porte-parole de l'Université Rennes2, citée par l'AFP, "son père a appelé la direction de l'université ce matin, il y avait très peu de chance hier (lors de son opération) de sauver son œil et ils n'y sont pas parvenus". "Il a perdu l'usage de son œil". En fin d'après-midi, le procureur de la République d'Ille-et-Vilaine a confirmé l'information : "Le médecin légiste qui a pu le voir a confirmé la perte fonctionnelle, totale et irréversible, de la vision de l'oeil gauche". D'après notre témoin, le LBD, petit frère du flash-ball , a été tiré à environ 10 ou 15 mètres. Ce vendredi après-midi, le procureur de la République de Rennes Nicolas Jacquet a confié à l'IGPN une enquête pour déterminer les circonstances exactes des blessures de l'étudiant. 

A LIRE AUSSI >> Le direct de jeudi sur la mobilisation contre la loi travail à Paris et en province

Depuis la deuxième manifestation rennaise, Hugo Poidevin et l'équipe de secouristes font de la prévention en plus de financer des produits de soins avec les fonds de l’AG de l’université de Rennes. "Etant donné que beaucoup de jeunes ont des plaies à la tête et au visage, nous conseillons aux manifestants de porter des casques de vélo et des masques de plongée, afin de protéger les yeux." L'équipe de secouristes est également équipée de foulard pour éviter de respirer trop de gaz lacrymogène. "Depuis le début, nous avons compris que les manifestants sont des persona non grata pour la police d’ici. On s'équipe car on sait qu'on va manger."

EN SAVOIR +
>> Manifs contre la Loi Travail : de violents affrontements font plusieurs blessés graves >>  Manif contre la loi Travail à Rennes : un cocktail Molotov explose sur les CRS >>  Manif contre la loi Travail à Paris : le policier évacué en urgence absolue a repris connaissance

Sur le même sujet

Lire et commenter