Eure-et-Loir : mort mystérieuse de deux amis après un repas, une boîte de conserve en cause ?

Eure-et-Loir : mort mystérieuse de deux amis après un repas, une boîte de conserve en cause ?

FAITS DIVERS
DirectLCI
MYSTÈRE - Âgés de 38 et 69 ans, deux amis sont morts jeudi dernier dans le jardin d'une maison d'Eure-et-Loir après un repas. Pour l'heure, la raison de leur décès soudain reste inexpliquée. Les aliments consommés sont en cours d'analyse, notamment une boîte de conserve.

Le procureur de la République de Chartres, Rémi Coutin, parle d’une mort mystérieuse. Jeudi 3 août vers midi, Olivier Boudin, 38 ans, et Lucien Perot, 69 ans, ont été retrouvés morts dans le jardin d’une maison d’Authon-du-Perche, en Eure-et-Loir. L’un était assis sur une chaise, l’autre gisait au sol. Aucun des corps ne porte de trace d’agression.


"Mercredi soir, ils ont fait la fête. Lucien, que certains surnommaient “Pépère”, et qui résidait là, avait invité Olivier. Je les voyais dans le jardin depuis les fenêtres de ma maison", explique à l’Echo Républicain une proche voisine. Le lendemain, elle aperçoit d’abord Olivier, couché à terre puis Lucien, assis devant la table encore dressée. Pensant qu’ils avaient pris « une bonne cuite », elle ne s’inquiète pas. Mais vers midi, toujours aucun signe de vie. "Je me suis approchée et j’ai crié. Je n’ai pas eu de réponses et ils n’ont pas sursauté." C’est à ce moment-là qu’elle a réalisé qu’ils étaient morts.

Les aliments retrouvés sur la table sont en cours d'analyse

Une enquête a été ouverte par le procureur pour déterminer la cause de leur mort. "Si l’on n’a, pour l’heure, aucune explication certaine, on présume toutefois que c’est ce qu’ils ont mangé ou bu, l’un et l’autre, qui pourrait être à l’origine de leur décès", a indique samedi le procureur, interviewé par l'Echo Républicain.


Les aliments et les boissons qui se trouvaient sur la table sont en cours d'analyse. Une boîte de conserve consommée par les amis mercredi soir serait notamment examinée par l'Institut Pasteur, indique le Parisien qui évoque notamment la piste de la crise de botulisme, intoxication grave due à un défaut de stérilisation. Le suicide collectif ou un ajout de produits par quelqu’un d’extérieur comptent également parmi les hypothèses envisagées. 

Toujours selon l’Echo Républicain, il serait également possible que l’un des deux soit mort d’un malaise, provoquant , ensuite, une émotion mortelle chez l’autre. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter