Eure-et-Loir : un suspect interpellé après la mort d'un médecin tué d'une trentaine de coups de couteau

FAITS DIVERS

ENQUETE - Un médecin âgé de 64 ans a été retrouvé mort mercredi 1er février dans son cabinet à Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir). Les enquêteurs ont relevé une trentaine de coups de couteau sur la victime. Selon "Le Parisien", un suspect aurait été interpellé, dans les Yvelines.

C'est son collègue et associé médecin qui a fait la macabre découverte mercredi 1er février. Le spécialiste ne travaillait pas dans la matinée, mais était venu récupérer quelque chose dans son bureau. En arrivant sur place, il a découvert le corps sans vie de son confrère. 

Selon les premiers éléments de l'enquête, l'homicide a eu lieu dans la matinée. "Les enquêteurs ont relevé une trentaine de coups par arme blanche, dont la plupart au cou et au visage", a précisé dans la journée le procureur de la République de Chartres, Rémi Coutin, rapporte Le Parisien. Une autopsie doit être réalisée ce jeudi à l'institut médico-légal d'Angers. 

Un suspect interpellé

Selon nos informations, vers 17h30, hier, un équipage de la BAC a remarqué sur la voie publique, à côté du commissariat, un individu qui se tenait le bras en écharpe, comme s’il était blessé. L’homme parle d’abord d’un accident du travail, avant d’évoquer une agression, dans des propos "décousus et vagues", selon une source proche de l’enquête. Des membres de sa famille se sont alors fait connaître auprès des policiers, indiquant qu’il s’était lui-même porté des coups de couteau, voulant "enlever de son bras une puce électronique". Ils font état de problèmes psychiatriques et indiquent qu’il aurait voulu mettre récemment fin à ses jours.

L’homme a alors été transporté à l’hôpital pour se faire recoudre le bras. Pendant ce temps, un homme se présentait au commissariat, assurant être certain que son oncle est l’auteur des coups mortels sur le médecin de Nogent-le-Rotrou. Des rapprochements d’identité sont effectués. Les policiers font le lien avec cet homme blessé au bras, pris en charge quelques minutes auparavant à proximité du commissariat. Le suspect est alors interpellé à l’hôpital. Selon nos informations, la mère du suspect était soignée par le médecin qui a été mortellement agressé. L’homme, placé en garde à vue, a 41 ans. Il n’est pas connu pour des faits de violence, mais uniquement pour des affaires liées à des trafics de stupéfiants. Il n’est pas non plus connu des services pour radicalisation.

Marisol Touraine s'associe à la douleur des proches

Une marche blanche sera organisée demain, vendredi 3 février, pour rendre hommage au médecin. De son côté, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a "adressé ses plus sincères condoléances à la famille", dans un communiqué publié mercredi soir. Elle "exprime son soutien à l'ensemble des médecins généralistes de France, endeuillés par ce drame, qui accomplissent chaque jour un travail exemplaire, dans des conditions parfois difficiles, au service de leurs patients", est-il ajouté.

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter