Eure : il tire une balle dans la tête du chauffeur de taxi pour ne pas payer sa course

FAITS DIVERS

MAUVAIS PAYEUR - Un homme de 20 ans a été interpellé et placé en détention provisoire car soupçonné d’avoir tiré une balle dans la tête d’un chauffeur de taxi en décembre dernier. Selon le procureur adjoint, il n’avait pas les moyens de régler sa course.

Il ne voulait pas payer sa course, alors il a ouvert le feu. Un homme de 20 ans a été interpellé jeudi 19 janvier à Houilles, dans les Yvelines, pour avoir tiré une balle dans la tête d’un chauffeur de taxi dans une commune de l'Eure le soir du 10 décembre. Placé en détention provisoire, il est mis en examen pour tentative d’homicide volontaire et port d’arme prohibé.

La soirée des faits, les gendarmes de l’Eure avaient été sollicités pour se rendre sur les lieux d’un accident à Ivry-la-Bataille. Une voiture venait de sortir de route et de percuter violemment un arbre. A son bord, un chauffeur de taxi doit être désincarcéré de la carcasse. 

Gravement blessé, il est hospitalisé et indique aux enquêteurs s’être fait tirer dessus, rapporte Normandie-actu. Les examens révèlent en effet une blessure à la tête, où la balle s’est logée dans le crâne du conducteur. Par miracle, il a survécu.

Il n’avait pas assez d’argent pour payer le taxi ou l’hôtel- Eric Neveu, procureur adjoint de la République

L’enquête remonte jusqu’à un homme de 20 ans, invité d’un mariage à Ivry-la-Bataille et s’y rendant en taxi depuis la gare d’Evreux. Il est identifié comme le client du chauffeur agressé par les vidéos de surveillance. Selon le procureur adjoint de la République Eric Neveu, "le mobile est qu’il n’avait pas assez d’argent pour payer le taxi ou l’hôtel. Lors de son audition, il a expliqué porter régulièrement son arme car il craignait pour son intégrité".

Il était plutôt sympathique.- Pascal, chauffeur de taxi

Tiré d'affaire, Pascal se présente lui-même comme "un miraculé". Mardi 24 janvier, Paris-Normandie donne des nouvelles du chauffeur de taxi. Le gaillard d'1m90, 100kg, est sur pied, une balle logée dans la tête. Cervicale brisée, côtés fracturées, mâchoires cassées... après trois jours en réanimation et deux opérations chirurgicales, il devra subir une troisième opération début février avant de remonter à bord de sa Mercedes. Mais il devra apprendre à vivre avec une balle de 6,35mm dans la tête. "La balle est en effet toujours dans ma tête. Il y a un risque trop important, car d’un côté il y a la carotide et de l’autre le système nerveux facial. Les médecins me disent qu’avec le temps le projectile devrait s’envelopper et que cela ne devrait pas poser de problème pour la suite", raconte le miraculé à Paris Normandie. 

Du soir du drame, il se souvient avoir "discuté un peu", avec son client. "Il était plutôt sympathique, il m’a dit qu’il était serveur. Tout se passait bien", raconte Pascal au quotidien régional. "Sans que nous ayons eu un échange verbal, il a sorti son arme et m’a tiré une balle dans la nuque... Je me suis alors écroulé sur la console centrale". Pascal ne reprendra conscience qu'à l'arrivée des pompiers. 

Lire aussi

Et aussi

Lire et commenter