Explosions sur le site pétrochimique LyondellBasell : la piste d'un "acte malveillant"

Explosions sur le site pétrochimique LyondellBasell : la piste d'un "acte malveillant"

INCIDENT - Deux explosions sont survenues dans la nuit de lundi à mardi sur le site pétrochimique LyondellBasell à Berre-l'Etang (Bouches-du-Rhône). Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de cet incendie, qui pourrait être d'origine criminelle.

Un acte volontaire à l'origine de l'incendie déclenché cette nuit par deux explosions sur le site pétrochimique LyondellBasell à Berre-l'Etang ? C'est la piste que semblent privilégier les enquêteurs. "Un acte malveillant est une hypothèse sérieuse, ont en effet confié des sources proches du dossier à l'AFP. Selon les premiers éléments de l'enquête, la probabilité que ces deux incendies de cuves distantes de 500 mètres puissent être accidentels est très faible. Les enquêteurs privilégient la thèse d'un acte volontaire".

Vers 3 heures du matin, deux explosions avaient retenti sur ce site des Bouches-du-Rhône situé près de l'étang de Berre et de l'aéroport de Marseille-Marignane. Deux cuves, distantes de 500 mètres l'une de l'autre et remplies de produits chimiques, avaient été touchées et un incendie s'était déclaré. La première, contenant de l'essence, avait été éteinte tôt mardi matin. La seconde, qui concernait une cuve de naphta, un produit liquide issu de la distillation du pétrole, a été éteinte par les pompiers en fin de matinée.

Enquête ouverte

Si aucun blessé n'est à déplorer, un "barrage préventif" a été installé sur l'étang de Berre proche du site, pour prévenir toute pollution notamment pas les "eaux d’extinction". Un épais nuage de fumée noire visible à des kilomètres à la ronde s'était échappé toute la matinée de la seconde cuve. Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances et les causes de ce double incendie. "Pour l'instant, elles restent inconnues puisque nous n'avons pas pu procéder aux premières constatations", a déclaré le vice-procureur d'Aix-en-Provence Rémy Avon, qui n'écarte et ne privilégie "aucune piste".

Interrogé sur un éventuel rapprochement entre ces faits et le vol d'explosifs la semaine dernière sur un site militaire de Miramas , à une trentaine de kilomètres, le sous-préfet d'Istres, Jean-Marc Sénateur, a de son côté estimé que s'il était trop tôt pour établir un tel lien, les enquêteurs "pouvaient se poser la question".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Proche-Orient : Biden exprime son soutien au cessez-le-feu auprès de Netanyahu

Gérald Darmanin sera aux côtés des policiers qui manifesteront le 19 mai

La Mexicaine Andrea Meza sacrée Miss Univers, Amandine Petit aux portes du top 10

EN DIRECT - Covid-19 : 22.749 personnes hospitalisées, dont 4189 en réanimation, la baisse se poursuit

Amandine Petit aux portes du top 10 de Miss Univers : "C’est un résultat assez incroyable"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.