Cinq personnes tuées dans l'Aisne : c'était l'anniversaire de la mère de famille lundi

Cinq personnes tuées dans l'Aisne : c'était l'anniversaire de la mère de famille lundi

FAITS DIVERS
DirectLCI
FAIT DIVERS - Un père de famille, sa femme et ses trois enfants ont été découverts tués par balles mardi matin dans une ferme de la petite commune rurale de Nouvion-et-Catillon (Aisne). LCI fait le point sur ce drame.

C'est la piste d'un "drame familial" qui est étudiée par les enquêteurs après l'effroyable découverte mardi matin à Nouvion-et-Catillon (Aisne). Un homme, sa femme et leurs trois enfants ont été retrouvés morts tués par balle dans leur ferme. "Les premières investigations réalisées permettent de s'orienter vers la thèse du drame familial : le père de famille aurait abattu son épouse et ses enfants avec un fusil de chasse avant de retourner l'arme contre lui", a déclaré mardi le parquet. Toutefois, "aucun écrit n'a été retrouvé sur place" et "le mobile reste en l'état inconnu".


Selon une source citée par l'AFP, le père, un éleveur de porcs de 47 ans, aurait d'abord tué ses deux garçons et sa fille âgés respectivement de 20, 12 et 18 ans, puis sa femme de 47 ans, avant de se suicider avec son arme. Les secours ont tenté en vain de réanimer deux des victimes.

"Le couple n'avait pas de problèmes d'argent"

Une proche de la mère de famille a indiqué aux journalistes présents devant la maison que "c'était son anniversaire hier (lundi)". "Je lui avais envoyé un texto et elle ne m'a pas répondu", a-t-elle déclaré, précisant que la mère était également agricultrice. "Le couple n'avait pas de problèmes d'argent", et venait même d'acheter plusieurs centaines d'hectares de terrain, a-t-elle assuré.


Selon une riveraine, il s'agissait "de gens très sympathiques", "bien connus du village", du fait "de l'activité d'éleveur de porcs du mari". "C'étaient de bons voisins qui habitaient dans le village depuis plusieurs années", selon un autre riverain. D'après la chambre d'agriculture du département, le couple d’exploitants était installé dans le hameau de Pont-à-Bucy depuis longtemps. Il possédait au moins 250 hectares de cultures, des ateliers industriels porcins et employait plusieurs salariés.


"Nous recevons des appels de confrères abasourdis, choqués. Ils faisaient souvent appel à nos services, mais je n'avais pas connaissance de difficultés particulières", a commenté auprès de l'AFP le directeur de la chambre d'agriculture, Airy Darbon. Une enquête a été ouverte pour "homicides volontaires aggravés" et confiée à la brigade de recherches de la gendarmerie de Laon ainsi qu'à la section de recherches d'Amiens. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter